Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Bujumbura accuse : les pays d’accueil et le HCR feraient des réfugiés burundais un fond de commerce

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Philippe Nzobonariba, SG et porte-parole du gouvernement Philippe Nzobonariba, SG et porte-parole du gouvernement

Le pouvoir de Bujumbura accuse le Haut-Commissariat pour les réfugiés et les pays qui hébergent les réfugiés burundais de faire obstruction à ces réfugiés afin qu'ils ne rentrent pas dans leur pays suite au profit que le HCR et ces pays d'accueil tirent de ces réfugiés.

 

Dans une conférence de presse animée ce mardi, Philippe Nzobonariba, Secrétaire général et porte-parole du Gouvernement explique que les réfugiés burundais sont devenus de véritables otages du Haut-Commissariat pour les réfugiés et de certains pays d'accueil. 

 

"Le chiffre de plus de 400 mille réfugiés avancé par le HCR est fantaisiste, quand on sait déjà qu'un effectif non négligeable est déjà rentré et qu'on le connait exactement la population de chaque province du pays", ajoute le SG et porte-parole du gouvernement

 

Philippe Nzobonariba précise que pour atteindre le chiffre de plus de 400 mille réfugiés avancé par le HCR, ce qu'il y aurait des provinces actuellement dépeuplées ou vides de toute leur population.

 

Le Secrétaire général et porte-parole du gouvernement propose un recensement et une identification conjointe de ces réfugiés pour que le gouvernement soit d'accord avec les chiffres régulièrement avancés par le Haut-Commissariat pour les réfugiés.

 

 

"Un audit international du HCR sur la gestion des réfugiés burundais s'avère indispensable d'autant plus que les financements lui versés et aux pays d'accueil sont proportionnels aux chiffres présentés, une des raisons qui pourrait expliquer ces chiffres exagérés", conclut le SG et porte-parole du gouvernement

Lu 292 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 157 invités et aucun membre en ligne