Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Une interdiction des activités qui cache mal un plan de refoulement au camp de Nduta

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les agents de la sécurité et la police tanzanienne ont interdit le matin de ce jeudi toutes les activités de restauration et d’abattage dans le marché du camp de Nduta. Une interdiction qui intervient avant la date du 3 septembre annoncée par les autorités

Certains des réfugiés du camp de Nduta indiquent que le matin de ce jeudi les agents de sécurité du camp communément appelés Sungusungu et les agents de la police ont interdit aux réfugiés d’exercer toute activité de restauration et d’abattage. Ils ont donné seulement une heure pour fermer les restaurants et stands. Une mesure qui a causé une grande perte aux marchands, déplore un des réfugiés. « Les Sungusungu et les policiers sont entrés dans le marché et ils ont intimé l’ordre de fermer les restaurants et aux vendeurs de la viande de vider les lieux. On leur a donné une heure seulement pour fermer. Cela a causé une énorme perte car on a été obligé de vendre à moins cher pour que ça finisse dans une heure ».

 

La peur est si grande chez les autres commerçants qui vendent d’autres articles. Ils pensent qu’ils seront interdit à leur tour d’exercer leur commerce. Les réfugiés redoutent aussi un plan de bloquer toutes les sources de revenus afin de faciliter leur refoulement par force. « Les réfugiés qui vendent d’autres articles ou qui exercent d’autres métiers ont peur de fermer leurs activités. L’objectif est de fermer définitivement le marché. Ils disent que dans une semaine du moins lundi prochain qu’ils pourront fermer complètement ce marché. C’est leur plan de fermer toutes les activités dans ce camp. Ils ont réussi à mentir le numéro 2 du HCR et si rien n’est fait, ils vont atteindre leur objectif de nous refouler », s’inquiète un réfugié burundais.

 

Ces réfugiés de Nduta demandent au HCR et à la communauté internationale d’empêcher le gouvernement tanzanien de les malmener et de les chasser de force. Par ailleurs, le gouvernement tanzanien ne veut plus de nous d’où il faut nous chercher un autre pays d’asile, ont- ils conclu.

Lu 298 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

15 novembre 2018

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 210 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha