Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les cas de malaria sont en hausse au camp des réfugiés de Mahama au Rwanda. Plus de 200 cas sont enregistrés par jour, selon les responsables de la santé. Pour le moment des moustiquaires sont en train d’être distribuées pour lutter contre cette maladie qui prend une allure inquiétante.

Un jeune homme nommé Bertrand Niyongabire a été transféré du Centre Neuropsychiatrique de Kamenge (CNPK) à la prison centrale de Mpimba vendredi 21 Avril 2017. Il était interné dans ce centre depuis des mois et ses médecins étaient contre son transfert, jugeant qu’il n’était pas encore guéri. La police l’a embarqué de force avec la complicité d’un infirmier. Depuis, sa santé est en danger car il ne bénéficie plus de soins appropriés.

Le personnel du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) menace d’entamer une grève. Il réclame entre autre l’octroi d’un budget de fonctionnement dont le salaire du personnel.

Dans la zone Musaga, la pauvreté affecte profondément les ménages qui ont des difficultés à se faire soigner. C’est le cas du paludisme en ces mois où l’épidémie a été déclarée. Une cure de traitement est aujourd’hui partagée entre toute une famille, et la population trouve que la malaria va bientôt les décimer si rien ne change.

L’hôpital de Cankuzo est saturé de malades depuis quelques temps. Suite au manque de lits, certains malades sont obligés de demander un logement dans les ménages environnant l'hôpital. La raison de ce surpeuplement à cette structure de soins est l'épidémie de malaria dans cette province. 

La grippe aviaire s'invite en Afrique de l'Est. Une personne serait déjà morte à cause de cette maladie. Dans les pays frontaliers de l'Ouganda comme le Rwanda, des mesures de prévention ont déjà été prises. 
En moyenne, quatorze réfugiés meurent chaque mois au camp des réfugiés burundais de Mutenderi en République Unie de Tanzanie.  Ces statistiques mensuelles s’expliquent par les maladies diarrhéiques qui se manifestent dans ce camp.
Près de 169 ménages n’ont pas de latrines dans la Commune Rugombo, Province Cibitoke. C’est le constat fait par la ministre de la Santé et son homologue de l’Energie et des Mines ce mercredi lors d’une visite aux malades de la commune de Rugombo atteints par le choléra. 
 
Les deux membres du gouvernement ont promis de porter assistance aux victimes du choléra. Il s’agit notamment de la consommation gratuite de l’eau potable puisée sur les bornes fontaines localisés dans les six secteurs qui ont été sérieusement touchés par cette maladie des mains sales.
 
« Plus de 160 personnes viennent d’être atteintes de cette maladie ! », indiquent les infirmiers et médecins contactés à l’hôpital de Rugombo. Ils ajoutent cependant que parmi eux, 20 sont alités au centre de santé de la commune de Rugombo.
 
En cause : une grande partie de la population de la commune Rugombo boit de l’eau impropre qui provient des marais, faute d’eau potable dans cette localité.
 
Le ministre de l’énergie et mine a ainsi décidé de suspendre le prélèvement de l’argent aux robinets publics. « Cette mesure permettra de réduire la gravité et la multiplication de cette maladie et autres maladies des mains sales », estime le ministre Côme Manirakiza.
 
Il demande toutefois à la population de la commune de Rugombo de gérer ces robinets publics en bon chefs de famille, de faire la propreté de leurs vêtements, de leurs maisons et surtout de leurs lieux d’aisance.
 
‘’Endéans un mois, chaque ménage devra avoir un lieu d’aisance’’
 
C’est la mesure prise par le ministre de l’énergie et mine qui s’adressait à la population de la commune Rugombo. Côme Manirakiza recommande à l’administration et aux chargés d’hygiène dans la province de Cibitoke de bien veiller à ce que cette mesure soit « respectée par tout le monde et surtout ceux qui n’en disposent pas ».
 
La ministre de la santé publique a insisté auprès de la population de mettre en pratique les règles de la propreté dans le but de se préserver contre les maladies des mains sales comme le choléra.
 
« Les responsables administratifs doivent aussi renforcer les séances de sensibilisation sur la nécessite de la propreté à l’endroit de la population de la commune Rugombo pour que cette maladie soit balayée dans toute le commune », a conclu la Ministre.
Le vaccin contre le cancer du col de l'utérus est en phase pilote à Ngozi et Rumonge lors de la semaine dédiée à la santé mère-enfant. Le lancement de cette édition mère-enfant, qui a eu lieu ce mardi 6 décembre 2016, est caractérisé par certaines nouveautés.                          

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 110 invités et aucun membre en ligne