Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

KENYA : Un jugement mémorable : la cour suprême du Kenya infirme la réélection du président Uhuru Kenyatta

vendredi, 01 septembre 2017 17:18
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Annulation des présidentielles au Kenya ce vendredi par la cour suprême. Déclaré vaincu le 11 août, l’opposant Raila Odinga a saisi la cour suprême pour fraudes électorales. Et cette dernière vient de lui donner raison, déclarant que les élections du 8 août doivent être reprises dans deux mois.

Juste au lendemain de la tenue des élections, à la publication des premiers chiffres qui accordaient victoire à Uhuru Kenyatta, Raila Odinga  a évoqué le piratage du système informatique. La victoire a été par la suite confirmée par la commission électorale, c’était  le 11 août soit trois jours après la tenue des présidentielles.

 

’La commission électorale a tardé à publier de nombreux procès-verbaux de bureau de vote et circonscription. Et ce temps a permis la falsification des résultats’’, a argumenté l’opposition, avec à la tête Raila Odinga, quand elle annonçait son recours à la justice.

 

A ce moment, la commission électorale Kenyane a reconnu des erreurs humaines par inadvertance qui n’ont pas eu de répercussions sur les résultats des élections mais cette même commission a refusé qu’elle ait été victime d’un  pirate informatique comme l’avançait l’opposant Odinga.

 

Saisi le 18 août,  la cour suprême vient d’invalider cette victoire d’Uhuru Kenyatta .Cinq sur sept juges de cette cour ont convergé sur le fait que ‘’les présidentielles du 8 août n’ont pas été conduites en accord avec la constitution kenyane’’, deux autres déclarent avoir des conclusions contraires.

 

A l’annonce de cette annulation des élections, le camp du président Kenyatta a parlé d’une décision’’ très politique’’

 

 La décision de la cour suprême de ce 1er septembre est ‘’une première sur tout le continent africain’’, se réjouit Raila Odinga qui déclare toutefois avoir perdu confiance dans l’équipe qui a conduit les élections et  demande par conséquent sa dissolution.

 

Des burundais qualifient d’acte courageux cette décision de la cour suprême Kenyane

 

’C’est un honneur pour le Kenya, un honneur pour le peuple kenyan, c’est même un honneur pour l’ensemble de la communauté est-africaine pourquoi pas un honneur pour toute l’Afrique’’, réagit Léonce Ngendakumana.

 

Pour le vice-président du Sahwanya-Frodebu, un des partis de l’opposition burundaise, ces magistrats sont à encourager car ce n’est pas toujours évident que la cour aille à l’encontre d’un président qui s’est déjà auto-proclamé président. Car ajoute-t-il ‘’ il mette la plupart du temps en marche la machine des répressions comme ça a été le cas au Burundi.’’

 

Saluant toujours ce jugement de la justice kenyane, l’avocat burundais Dieudonné Bashirahishize, compare avec la situation au Burundi, ‘‘si la justice burundaise avait pu dire réellement le droit en 2015, on aurait pu éviter le bain de sang et le demi-million de réfugiés’’, regrette cet auxiliaire de justice.

 

Uhuru Kenyatta, élu pour la première fois à la tête du Kenya en 2013, avait été déclaré vainqueur des élections de 2017 avec 54.27%. Raila Odinga battu 3 fois lors des élections présidentielles, avait été proclamé perdant pour la 4ème fois avec 44.73%.

 

En 2013, Odinga avait également saisi la justice mais n’a pas eu gain de cause

 

La cour suprême vient donc de décider que ces présidentielles du 8 août, devront être reprises dans les 2 mois. Des violences post électorales avaient causées une vingtaine de morts au Kenya.

Lu 212 fois Dernière modification le vendredi, 01 septembre 2017 17:38

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 441 invités et aucun membre en ligne