Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 42

Les forêts du domaine de l’Etat en danger

mardi, 16 septembre 2014 17:10

Afin de résoudre le problème de la carence du charbon de bois qui se faisait remarquer dernièrement dans la capitale Bujumbura, le ministère de l’Environnement a dû supprimer le document intitulé  «  note de fin d’exploitation » qui serait à l’origine de cette carence. Mais la direction générale des forêts et de l’environnement avait exigé ce papier dans le but de mettre fin au déboisement illégal qui s’enregistre dans pas mal de forêts du

Les exploitants des racines d’osyris lanceolata dit « Umuvyi » de Kirundo sont toujours en colère car leurs stocks saisis par le ministère de l’Environnement n’ont jamais été restitués. Ces exploitants estiment que l’administration fait preuve de deux poids deux mesures en permettant à certains propriétaires de ces racines dites « Umuvyi » de vendre leurs stocks tandis que d’autres sont bloqués.

Ces propriétaires d’Osyris lanceolata dit « Umuvyi » indiquent que ce qui a été annoncé par le ministre de l’Environnement comme quoi les commerçants qui ont rassemblé ces arbres sur la colline Ryagihane en commune Bugabira les ont obtenus illégalement est faux. Ces propriétaires font savoir qu’ils ont tiré ces produits de leurs propriétés foncières et qu’ils les ont vendus librement comme leur a permis l’administration provinciale de Kirundo. Un des propriétaires des racines de cet arbre témoigne : « C’est nous qui leur en ont donné, tiré de nos champs, le gouvernement veut plutôt dérober les commerçants leurs produits. C’est scandaleux de voir une personne payée de sa poche avec l’accord de l’INECN et puis l’administration vend sa marchandise. Je pense qu’il y a une complicité entre l’indien et le gouvernement, car si c’était dans la transparence, cela ne se ferait pas la nuit. »

Rappelons que ce sont près de 250 tonnes de ces racines qui ont été saisies et sont toujours stockées au chef-lieu de la province Kirundo. Ces propriétaires de l’arbre Osyris Lanceolata dit Umuvyi continuent à faire savoir que la vente de ces racines est entourée de non dit. Certaines autorités s’approprieraient ces arbres appartenant à la population pour leurs intérêts personnels affirment les habitants de Bugabira. Ces derniers indiquent qu’il n’est pas compréhensible qu’on leur taxe des amendes et qu’après les autorités administratives saisissent ces racines pour de bon tandis que d’autres sont autorisés à commercialiser ces racines. Interrogée à ce propos, les autorités de la province Kirundo ne disent aucun mot mais nous renvoie au ministère de l’Environnement.            

Après les intempéries qui ont emporté une centaine de personnes à Gatunguru, la direction générale

Peur panique au sein des habitants du secteur Gatunguru, commune Mutimbuzi, province

La population du secteur Gatunguru dans la zone Rubirizi en commune Mutimbuzi est très inquiète à l’approche de la saison des pluies. Cette population qui garde en mémoire les vies humaines emportées par des inondations en février dernier s’inquiète de voir que la rivière Gasenyi à l’origine de ces inondations n’a pas encore été réorientée dans son ancien lit.

Le chef de secteur Gatunguru, Gaspard Sirabahenda, fait savoir qu’il ne cesse d’intrepeller les autorités gouvernementales mais en vain. Six mois viennent de s’écouler après ces inondations à Gatunguru. Près de 100 personnes y ont laissé la vie et d’innombrables maisons complètement détruites.

 

 

(Photo) Rivière Gasenyi

 

 

Propos recueillis par Adeline Mutoni

Les gardes ou les responsables des aires protégées devraient avoir des armes pour dissuader les chasseurs ou autres braconniers. Pour la plupart des fois, ces braconniers détruisent la biodiversité à l’aide des armes. C’était du moins la déclaration du directeur général de l’Institut National pour l’Environnement et la Conservation de la Nature, INECN en sigle. Feruzi Mohamed dit qu’avec le programme de désarmement, il est difficile d’armer les gardes de ces aires protégées mais partout au monde les responsables possèdent des armes et pourquoi pas au Burundi où les biodiversités sont très menacées. Feruzi Mohamed, directeur général de l’INECN s’est exprimé lors d’une descente effectuée dans la réserve naturelle de Vyanda qui était très menacée par des braconniers et même par des gens qui se sont arrogé le droit d’exploitation cette réserve illégalement.

5 personnes sont mortes à cause de l’effondrement des collines dans la commune Kabarore au moment où ils creusaient les montagnes à la recherche de l’or depuis le début de cette année. Plus de 40 hectares riverains du cours d’eau Mwungere ont été emportés par l’eau en provenance de l’usine de traitement des minerais. Les administratifs se préparent à planter des arbres partout où se trouvent des trous creusés par les chercheurs de minerais.

Les maisons et les fondations construites dans les aires protégées de la forêt naturelle de Nyakamba de la commune Rumonge sont en train d’être détruites par l’Institut National Environnement et de la Conservation de la Nature « INECN ». Malgré la colère de la population, l’administrateur de la commune Rumonge ainsi que le gouverneur de la province Bururi confirment l’application stricte de la loi pour la protection de cette forêt naturelle.

L’eucalyptus en danger à Muyinga

samedi, 12 juillet 2014 12:52

L’eucalyptus est menacé par une nouvelle espèce d’insectes en province Muyinga. Une fois attaqué, l’eucalyptus sèche très rapidement. Les chargés du secteur de la protection de l’environnement dans cette province craignent déjà des conséquences fâcheuses la protection du sol et le boisement.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 160 invités et aucun membre en ligne