Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

Les sous-officiers de la 45ème session s’insurgent contre le mauvais traitement subi par certains de leurs frères d’armes. Ces militaires donnent l’exemple d’un d’entre eux qui risque d’être révoqué après avoir été accusé de mentir sur son ethnie lors du recrutement. Ces sous-officiers demandent au ministre de la défense de ne pas mettre en exécution la proposition du chef d’état-major général de l’armée sur la révocation de ce militaire.

Persécution d’un élève de l’école fondamentale Kinyovu situé en province Ngozi par son directeur. Les mobiles politiques seraient derrière cette tyrannie.

Sept personnes de la colline Gihinga en commune Gitobe de la province Kirundo ont fui leurs ménages le matin de ce mardi. Après avoir été tabassées par des Imbonerakure pour être membres du parti CNL d’Agathon Rwasa, les 7 personnes se sont résolues à s’adresser à l’Officier de la Police Judiciaire à Gitobe pour demander une protection.

Le chef de zone Kizuka en province Rumonge est introuvable depuis le samedi 25 mai 2019. Nos sources à Rumonge indiquent que ce chef de zone aurait pris le large après qu’on lui ait exigé de donner une pension alimentaire pour avoir engrossé une élève de l’école fondamentale de Mwange en zone Kizuka.

Quatre enfants albinos craignent pour leur sécurité. Leur père vient de les chasser de la maison familiale de la colline Gasarara, commune Nyabiraba de la province Bujumbura. Des rumeurs faisant état d’une entente entre le père et l’un des présumés féticheurs de cette localité circulent depuis un certain temps.

Le système de santé en milieu carcéral au Burundi laisse à désirer. Le grand effectif de détenus dans les centres de détention, la mauvaise nourriture et les mauvaises conditions de détention augmentent la probabilité pour les prisonniers de tomber malades. Les maladies telles que le paludisme, la tuberculose et le VIH/SIDA sont entre autres les plus fréquentes dans la prison centrale de Mpimba.

Les habitants de la commune Gasorwe accusent l’administrateur de cette commune de couvrir les Imbonerakure dans leurs actes macabres. Le cas illustratif est celui de deux membres du parti CNL qui ont succombé aux blessures occasionnées par des coups leur assénés par ces jeunes affiliés au parti au pouvoir, le CNDD-FDD. Mais, au lieu de les réprimander, cet administratif les aurait plutôt remontés le moral.

Un enseignant de l’école fondamentale Bitezi en commune Matana de la province Bururi, est pointé du doigt pour avoir engrossé une fille de la 7ème année. Il jouirait d’une impunité parce qu’il appartient au parti au pouvoir le Cndd-Fdd. Les enseignants et les parents de la victime plaident pour que l’auteur du viol soit traduit devant la justice et qu’il soit puni conformément à la loi.

Grognes chez les habitants de la colline Shinge en commune Nyamurenza de la province Ngozi. Pour cause, les Imbonerakure les obligent d’intégrer par force le parti au pouvoir. Ces habitants qualifient ces actes de persécution et demandent que leur sécurité soit assurée.

Les habitants de la colline Ngomo, zone Masaka en commune Giteranyi sont forcés d’adhérer au parti CNDD-FDD sinon risquent pour leur vie. Des administratifs et des jeunes Imbonerakure sont cités comme auteurs de ce forcing. De plus, ils exigent des contributions exorbitantes.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 411 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha