Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

Des opposants menacés par l’administration à Kibago

lundi, 11 mars 2019 09:13
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Certains habitants membres des partis politiques d’opposition en zone et commune Kibago de la province Makamba dénoncent les actes d’intimidation et de violation des droits humains dont ils sont victimes. C’est au moment où 2 des membres de ces partis politiques d’opposition viennent de passer plus de 3 semaines en cachette de peur d’être arrêtés par des Imbonerakure en complicité avec l’administration locale.

La 1ère victime de ces actes d’intimidation et de harcèlement orchestrés par les Imbonerakure de la colline Rubimba s’appelle Jean-Claude Nimubona, membre du parti Uprona. Selon des informations en provenance des habitants de cette colline, Jean-Claude Nimubona vit en cachette depuis fin février, de peur d’être arrêté par ces Imbonerakure qui l’accusent d’avoir critiqué le pouvoir en place.

 

« Jean-Claude Nimubona serait victime de ses critiques à l’endroit du régime en place. Il n’acceptait pas de se taire et d’être intimidé devant un cas d’injustice. On l’accuse également d’être de mèche avec les groupes armés, des accusations pourtant sans fondement. Ils sont venus l’arrêter mais il était déjà parti. Il est victime d’une injustice. » Raconte notre source

 

La 2ème victime de ces actes de violation des droits humains est un agronome communal membre du parti Msd du nom d’Emmanuel Congera. Des informations en provenance de certains habitants de la colline Rubimba indiquent qu’Emmanuel Congera vit lui aussi en cachette depuis qu’il a échappé de justesse à une attaque d’imbonerakure.

 

« Ils se sont introduits chez lui en lançant des pierres en direction de sa maison. Plusieurs dégâts matériels ont été signalés, notamment les tôles et les vitres des fenêtres qui ont été endommagées. Il n’y a pas eu de réaction de la part des autorités communales sur ce cas alors qu’Emmanuel Congera est un agronome communal. Il vit en cachette de peur d’être arrêté par ces Imbonerakure qui l’accuse de sorcellerie. » Fait savoir notre source

 

Cette population accuse Phénias Kabura, le chef de la zone Kibago d’être responsable de ces actes de violation des droits humains commis à l’endroit des membres des partis politiques d’opposition par des Imbonerakure dont Daniel Kanani, Bosco Nyandwi, Fiston Nkengurutse et un autre du nom de Mayumbwa.

Lu 369 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 177 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha