Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

La hantise d’un rapatriement forcé chez les réfugiés burundais en Tanzanie

jeudi, 05 septembre 2019 18:05
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les réfugiés burundais des camps des réfugiés en Tanzanie craignent un rapatriement forcé. Ces réfugiés ne peuvent pas entreprendre arguant qu’ils sont dans un dilemme. Entretemps, le rapatriement volontaire continue malgré quelques irrégularités.

Après l’annonce d’un rapatriement forcé des réfugiés burundais en Tanzanie, prévu au début d’octobre, certains réfugiés ont arrêté toutes leurs activités. Les réfugiés qui vivent dans les camps de Nduta, Mtendeli et Nyarugusu font savoir qu’ils n’entreprennent plus, dans l’attente de la date butoir. « Au camp, il y a quelques activités qui ne sont plus fonctionnelles, il y avait des espaces vides où on cultivait, surtout en cette période nous étions en train de préparer les champs de culture. Les vendeurs ne s’approvisionnent plus en marchandises. Tout le monde attend le ressort du 1er Octobre ».

 

Entretemps, le rapatriement volontaire continue. Ce jeudi, certains réfugiés du camp de Nyarugusu sont rentrés. Néanmoins, ils dénoncent quelques irrégularités car les responsables du camp ont forcé certains réfugiés à rentrer alors qu’ils ne s’étaient pas portés volontaires. « Vous pouvez être 5 dans une famille, si deux parmi vous veulent se rapatrier volontairement, avant, ces deux partaient et étaient effacés sur le statut des réfugiés et les trois restaient au camp. Mais tout a changé aujourd’hui, tout le monde se trouvant sur un même statut doit rentrer », a indiqué un réfugié.  

 

Ces réfugiés continuent à demander de ne pas être rapatrier de force car selon eux, il n’y a pas de sécurité au Burundi

 

 

Lu 109 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 277 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha