Recherche

Amakuru yo ku wa 30 Ntwarante 2020

Journal du 30 Mars 2020

L’ancien marché de Kamenge à la fois cimetière et fosse commune

lundi, 13 janvier 2020 20:14
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Plus de 250 cas d’ossements ont été déjà découverts dans l’espace abritant l’ancien marché de Kamenge. Ce bilan a été dressé ce lundi par le vice-président de la commission vérité et réconciliation, ‘’CVR’’, après un mois du début du travail de recherche de ces restes humains. Certains habitants qui ont suivi cette activité affirment avoir identifié les leurs qui ont été enterrés dans cette localité. Parmi eux, il y a ceux qui ont été psychologiquement affectés.

Certains habitants de la zone Kamenge et ceux des environs affirment avoir des preuves dans l’identification des leurs qui ont été enterrés dans cet endroit. Selon eux, il faut chercher la vérité pour bien envisager l’avenir. « Il faut que de telles tueries cessent et que les gens s’unissent. Malgré tout,  nous sommes les mêmes. On n’a pas raison de s’entretuer. Il faut oublier le passée   et enterrer la hache de guerre. Nous avons besoin de nous retenir devant une telle situation. », a indiqué un des habitants de Kamenge.

 

Lors de cette activité, un autre citoyen a témoigné que, durant la période de la guerre en 1993 et même après cette période, cet endroit était utilisé comme un cimetière car ils n’avaient pas d’autres moyens d’arriver dans des cimetières connus. « A côté des personnes qui mourraient à la suite des affrontements entre les militaires et les rebelles, il y a aussi ceux qui tombaient malades et en mourraient surtout parce qu’ils étaient sans aucune assistance, tout le monde ayant pris fuite. Tous les gens qui tombaient malades restaient dans leurs maisons. Il n’avait aucun moyen de se faire soigner et la plupart finissait par mourir. De retour au quartier, l’on ressentait partout des odeurs se dégageaient des cadavres. Il y avait également beaucoup de chiens et de chats qui se nourrissaient de la chair humaine. C’est pour cette raison que tous les cadavres étaient acheminés ici. On y avait érigé un cimetière », témoigne un habitant.

 

Le vice-président de la commission vérité et réconciliation CVR, Noé-Clément Ninziza, a indiqué qu’à côté de ces restes qui ont été déterrés à cet endroit, on a également trouvé des habits et autres matériels utilisés lors de ces tueries. « Peut-être que des armes ont été utilisées pour assassiner ces gens. Certains corps étaient ligotés, il y en ceux qui étaient emballés dans une moustiquaire et d’autres dans une tente. On a trouvé des montres et les habits qui peuvent aider à identifier les morts. Ceux qui ont perdu les leurs peuvent venir voir. C’est tout ça qu’on a pu déterrer à cet endroit qui abrite l’ancien marché de Kamenge. », a- t- il précisé.

 

La commission vérité et réconciliation affirme qu’au Burundi plus de 5000 fosses communes ont été déjà découvertes. Toutefois, les responsables de cette commission ajoutent que le nombre de ces fosses est de loin supérieur car, les enquêtes continuent. Les habitants de la zone Kamenge affirment que nombreuses parmi les victimes sont mortes en 1993 lors de la guerre civile, une guerre qui a continué même pendant les années qui ont suivi.

Lu 207 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2020 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 339 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha