Recherche

Amakuru yo ku wa 14 Ruhuhuma 2020

Journal du 14 Février 2020

La xénophobie fait rage à Lusaka en Zambie

jeudi, 13 février 2020 17:05
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les burundais vivant en Zambie sont victimes de la xénophobie. Depuis le début de ce mois, ils sont attaqués par les Zambiens qui les tuent et pillent tous leurs biens. Ces burundais demandent de l’intervention. Ceux qui ne seront pas tués risquent de mourir de faim car ils restent enfermés dans leurs maisons.

Les burundais vivant à Lusaka, la capitale zambienne et dans les environs indiquent qu’ils vivent dans une peur panique depuis le début de ce mois de février. Pour cause, certains zambiens armés de machettes et de couteaux s’improvisent dans leurs ménages ou dans leurs boutiques pour les tuer et emporter certaines parties de leurs corps. « Ces gens ont commencé à se faire remarquer au début de ce mois. Ils prennent le sang, le cœur et les parties génitales des étrangers vivant à Lusaka en Zambie et dans les localités de Jonerenge, Kanyama et Festroad », indique un Burundais sur place.

 

Avant  de pénétrer à l’intérieur des maisons, ces individus qui seraient des zambiens commencent à y pulvériser des somnifères. Il devient difficile de connaître le nombre exact des victimes dans la mesure où nombreux préfèrent rester enfermés dans leurs maisons craignant pour leur sécurité.

 

Ce jeudi matin, il y a eu désordre au moment où certains zambiens voulaient piller dans les boutiques situées dans les quartiers habités majoritairement par des Rwandais et des Burundais. La police a dû tirer en l’air pour calmer la situation. « La police a tiré en l’air mais trois boutiques ont été saccagées dans la localité de Kanyama. On a également pillé dans la localité de Jonerenge et Festroad. Mais, nous avons eu peur d’y aller pour des raisons de sécurité. Nous sommes pour le moment dans la désolation car nos boutiques sont fermées. Quand on ouvre, des gens viennent pour piller les marchandises et quelques fois on est battu même. Nous allons mourir de faim car on ne sait quand l’ordre sera rétabli. Nous demandons alors aux responsables de la sécurité de sortir de leur silence pour nous protéger », insiste un étranger vivant à Lusaka.

 

Depuis, le début du mois de février, plus de 30 étrangers auraient été tués. La rédaction a tenté de joindre les responsables de la police dans la localité de Kanyama où habitent beaucoup d’étrangers mais sans succès.     

Lu 170 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2020 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

23 février 2020

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 196 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha