Recherche

Amakuru yo ku wa 15 Gitugutu 2019

Journal du 15 Octobre 2019

Le directeur du Lycée communal de Murungurira en commune Ntega de la province Kirundo a été arrêté et emprisonné l’après-midi de ce mercredi 31 juillet. Il est accusé de viol et de harcèlement sur ses élèves. Son arrestation intervient quelques jours après une correspondance des enseignants de ce lycée pour demander des enquêtes sur les viols et les cas de tricherie.

Un étudiant de l’université du Burundi a été chassé du home par certains administratifs de la commune Muyinga. Située au quartier Mutanga sud et louée par cette commune, cette maison héberge une catégorie d’étudiants originaires de la commune Muyinga. L’étudiant en question serait victime de son appartenance politique.

Un membre du parti Cndd-Fdd en province Gitega est porté disparu depuis bientôt deux semaines. Il s’agit d’un Imbonerakure qui avait été arrêté par la police en compagnie de deux autres personnes. Ils étaient accusés de manigancer des soulèvements contre une éventuelle candidature de Pierre Nkurunziza pour les élections de 2020. La famille de la victime craint qu’elle ne soit déjà exécutée par ses ravisseurs.

Un habitant du chef lieu de la commune Gihanga, province Bubanza, est détenu au cachot de la police depuis 4 jours. Accusé d’avoir refusé de donner une somme de 50 mille francs pour l’enterrement d’un citoyen qui venait d’être tué a l’aide des machettes par les jeunes Imbonerakure, il aurait d’abord été torturé avant sa détention.

Un enseignant de Rutana est incarcéré au cachot de la police judiciaire situé au chef-lieu de la province Rumonge depuis le jeudi 18 juillet. Il est accusé de s’être opposé à une probable 3ème candidature du chef de la colline Karonda. Côté population, elle juge ces accusations injustes et non fondées

Les droits des prisonniers en général sont violés dans les différentes maisons de détention au Burundi mais les prisonniers poursuivis pour des crimes à caractère politique sont les plus affectés. Le passage à tabac par les Imbonerakure et la lenteur des dossiers en justice figurent parmi les problèmes auxquels ces prisonniers politiques font face.

La vie des prisonniers burundais en péril

mercredi, 17 juillet 2019 09:24

Conditions de vie difficile des détenus des différentes maisons carcérales du pays. Ils sont confrontés aux difficultés de logement, à la ration insuffisante et à des maladies liées au manque d’hygiène. Ces conditions précaires de détention sont les conséquences de la surpopulation carcérale.

Intimidation des familles des deux personnes récemment exécutées par le commissaire provincial de la police à Bubanza. A part leur emprisonnement pour avoir réclamé les corps des leurs, il leur a été interdit de faire le deuil.

La majorité des maisons de détention du Burundi compte une surpopulation carcérale ahurissante. Actuellement, la surpopulation carcérale va jusqu’à u taux d’occupation de plus de 700%. Le nombre de prévenus est le plus élevé par rapport au nombre des détenus déjà condamnés par la justice.

Le chef de position policière en zone Kinzanza a été attrapé en flagrant délit en train de violer une jeune élève. La population de la zone Kinzanza demande qu’il soit puni conformément à la loi.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 223 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha