Recherche

Amakuru yo ku wa 15 Gitugutu 2019

Journal du 15 Octobre 2019

5 femmes burundaises réfugiées au camp de Nduta ont été violées ce 02 Avril par des bandes armées en dehors de ce camp. Elles se rendaient dans la forêt à la recherche du bois de chauffage. 4 des maris qui les accompagnaient ont été décapité après avoir été tabassés par ces malfaiteurs.

Un habitant de la colline Kirekura, zone Maramvya en commune Mutimbuzi est sans trace depuis le jeudi 28 mars. Ceux qui l’ont vu pour la dernière fois révèlent qu’il a été enlevé dans un bistrot situé à la 12ème transversale de ce même secteur puis embarqué à bord d’un véhicule de type Hillux aux vitres teintées.

Selon des journaux Kenyans, 25 jeunes femmes burundaises étaient hébergées aux domiciles de trois trafiquants kenyans. Elles attendaient leur transfert vers les pays asiatiques.

Un membre du parti CNL de la colline Ryarunyinya commune Ruhororo en province Ngozi a été passé à tabac par les Imbonerakure la nuit de ce 26 mars. Les proches de la victime l’ont dépêché à l’hôpital pour recevoir des soins.  

Un couple de la colline Kinyovu, commune Nyamurenza en province Ngozi a été sérieusement tabassé par les imbonerakure du parti Cndd-Fdd ce vendredi 22 mars. Le crime leur reproché serait d’appartenir à un parti politique autre que le Cndd-Fdd.

Une cinquantaine de réfugiés burundais récemment arrêtés par la police tanzanienne lorsqu’ils tentaient de franchir la frontière kenyane sont gardés dans différents endroits depuis ce mercredi soir. Certains d’entre eux sont détenus dans un des cachots du district de Kakonko tandis que les autres sont en garde à vue à l’intérieur même du camp de Mtendeli d’où ils sont partis.

Les habitants de la colline Kakibogo dans la commune Nyamurenza en province Ngozi accusent certains Imbonerakure de les avoir passés à tabac dimanche dernier. Selon eux, ces Imbonerakure malmènent la population en complicité avec certains administratifs dans cette commune.

Quatre femmes réfugiées du camp de Nduta ont été appréhendées par la police tanzanienne vendredi dernier. Ces femmes sont pour le moment incarcérées à la prison de Nyamisivya. Leurs familles craignent qu’elles ne soient victimes de torture à l’instar des autres prisonniers déjà passés par là.

Certains habitants membres des partis politiques d’opposition en zone et commune Kibago de la province Makamba dénoncent les actes d’intimidation et de violation des droits humains dont ils sont victimes. C’est au moment où 2 des membres de ces partis politiques d’opposition viennent de passer plus de 3 semaines en cachette de peur d’être arrêtés par des Imbonerakure en complicité avec l’administration locale.

Menaces à l’endroit de certains enseignants des établissements scolaires de Nyamurenza 1 et 2 de la province Ngozi. Ces intimidations faites par des Imbonerakure, ont débuté après la perturbation d’un match de volley-ball opposant les élèves desdits établissements. Une perturbation ordonnée par le responsable de l’éducation dans la commune Nyamurenza.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

16 octobre 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 200 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha