Recherche

Amakuru yo ku wa 30 Ntwarante 2020

Journal du 30 Mars 2020

Les actes de menaces et de violations des droits humains contre des burundais réfugiés en Tanzanie continuent. Ce vendredi, un jeune homme du camp de Nduta a été arrêté par des policiers Tanzaniens et conduit manu militari au cachot des services secrets où il est en train de subir une torture pour le forcer à dévoiler les noms des politiciens  burundais qui se sont réfugiés dans ce camp.

Un prisonnier de la prison de Muramvya est mort suite à des coups et blessures lui a infligés la nuit de ce samedi. Les sources proches de sa famille révèlent que ce prisonnier a été tué par certains prisonniers chargés de la sécurité sous l’ordre de leur chef.

Une liste des réfugiés burundais du camp de Mtendeli qui doivent être rapatrié ce mardi a été rendue publique. Les réfugiés qui ne se sont pas fait inscrire ont peur d’être rapatrié de force par les gouvernements burundais et tanzanien.

La communauté des réfugiés burundais vivant en Ouganda a envoyé une lettre en date du 24 septembre au Secrétaire Général des Nations-unies. L’objet de cette correspondance est de demander son intervention pour mettre fin au rapatriement forcé des réfugiés burundais vivant en Tanzanie.

Un habitant de la zone Maramvya est détenu depuis 6 jours au cachot de la police à Maramvya pour avoir soi-disant volé le téléphone d’un chef d’une position policière de cette même zone. Une accusation qui, selon les habitants de cette localité, ne tient pas debout vu qu’aucun témoin ne l’a jusqu’à présent chargé.

Arrestation ce jeudi d’un réfugié burundais du camp de Nduta par la police tanzanienne. Ancien militaire, son lieu de détention, de même que le mobile de son arrestation restent inconnus.

Un homme et sa femme de la commune Nyabiraba, province de Bujumbura ont été tabassés ce dimanche par trois personnes qui voulaient enlever leur enfant albinos. Ce couple bénéficie actuellement des soins au centre de santé de Nyabiraba tandis que leurs agresseurs sont actuellement détenus au cachot de Nyabiraba.

Ils ont été sérieusement tabassés en plein culte par la police au quartier Rubuye de la ville de Ngozi. Les membres de cette Eglise demandent la libération inconditionnelle de ces fidèles.

Transféré ce lundi soir à Makamba, il venait de séjourner au cachot de la police à Mabanda où il a subi des tortures. Accusé d’être complice dans un meurtre perpétré en 2015 à Bujumbura.

Torture des habitants surtout membres du parti Cnl et spoliation de leur bétail, telles sont les accusations portées contre le responsable du Cndd-Fdd et conseiller collinaire à Kibezi de la commune Kiremba, province Ngozi. Ces habitants demandent sa destitution et la remise du bétail retenu à son domicile.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2020 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 272 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha