Recherche

Amakuru yo ku wa 26 Ntwarante 2020

Journal du 26 Mars 2020

La Sosumo suspend près de 200 fournisseurs de sucre en gros

mercredi, 05 février 2020 06:54
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Plus de 190 grossistes de sucre viennent d’être interdits d’exercer ce commerce par le directeur général de la Société Sucrière du Moso. Aloys Ndayikengurukiye accuse ces commerçants de spéculation.

Le patron de la Sosumo indique qu’il entend parler d’une flambée des prix inexpliquée ces derniers jours dans certains points de vente en mairie de Bujumbura. « Cette hausse des prix résulterait de la spéculation de certains vendeurs opportunistes qui cachent le sucre dans leurs entrepôts, causant ainsi la non-disponibilité de ce produit », a déclaré Aloys Ndayikengurukiye dans une conférence de presse de ce lundi.

 

Ainsi, certains grossistes ont été radiés de la liste des fournisseurs du sucre suivant certains critères. Seuls les commerçants qui ont été fidèles de janvier 2019 à janvier 2020 sont retenus. « Les clients qui ont abandonné le commerce du sucre depuis avril 2017 et qui réapparaissent depuis octobre 2019 suite aux rumeurs de pénurie du sucre sont rayés de la liste car ils ne sont pas de vrais commerçants de sucre », a souligné Aloys Ndayikengurukiye.

 

L’ajout des grandes alimentations de la mairie de Bujumbura sur la liste des vendeurs grossistes de sucre fait partie des mesures de contrôle prises par la Sosumo pour redresser la situation. Le directeur général de cette entreprise, dans lequel l’Etat détient 99% de capital, demande aux administratifs à la base de contribuer dans la lutte contre la fabrication des boissons prohibées fabriquées à partir du sucre. Pour lui, la fabrication de ces boissons prohibées exige une importante quantité du sucre.

 

Depuis environ trois semaines, une pénurie du sucre est signalée dans différents quartiers de la mairie de Bujumbura. Les quartiers du sud de la capitale économique sont les plus affectés par cette pénurie. Dans ces quartiers, un kilogramme de sucre s’achète jusqu’à 3000 francs.

 

Le prix officiel à respecter c’est 2340 francs burundais le kilogramme de sucre, a insisté le directeur général de la Sosumo Aloys Ndayikengurukiye.

 

Cependant, certaines sources signalent que l’autre facteur qui cause la pénurie du sucre dans le pays, c’est la commercialisation clandestine de ce produit en République Démocratique du Congo. Selon ces sources, en franchissant la frontière congolaise avec le sucre, certains commerçants obtiennent de gros bénéfices et, du coup, ils se procurent les devises qui sont devenus rarissimes au Burundi.

Lu 233 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2020 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

28 mars 2020

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 177 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha