Recherche

Amakuru yo ku wa 26 Ntwarante 2020

Journal du 26 Mars 2020

Les familles de 11 détenus incarcérés à la prison de Mpimba demandent que les leurs soient libérés. Ces détenus sont toujours en prison alors qu’ils ont purgé leur peine il y’a de cela 3 mois.

Aline Ndikumana est incarcérée avec son enfant de 2 ans, accusée de détention illégale d’armes. Une accusation rejetée par sa famille qui affirme que la mère est victime de l’appartenance politique de son époux, leader du parti CNL à Nyabiraba. Ce dernier a été traqué plusieurs fois sans être appréhendé.

La ministre de la justice est citée parmi les manipulateurs des instances judiciaires dans l’affaire Clément Nkurunziza. La ministre Aimée Laurentine Kanyana s’activerait pour exiger au tribunal de condamner à perpétuité le présumé planificateur des massacres des étudiants hutu de l’université du Burundi en 1995.

L’organisation internationale de défense des droits humains Human Rights Watch trouve partisans les juges qui ont siégé dans le procès des journalistes du groupe de presse Iwacu. Pour cette organisation, c’est un procès qui a été entaché d’irrégularités. Human Rights Watch estime que ce procès est un exemple éloquent de l’instrumentalisation de la justice burundaise.

Le substitut du procureur général de la République en province Ngozi a requis une peine d’emprisonnement à perpétuité contre Clément Nkurunziza, ancien président de l’association des étudiants de Rumuri (ASSER) à l’université du Burundi. La justice burundaise accuse Clément Nkurunziza d’être impliqué dans les massacres perpétrés contre les étudiants de campus Mutanga en 1995. Pourtant, l’accusé a prouvé au cours du procès qu’il n’était pas parmi les auteurs de ces massacres.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2020 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 701 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha