Recherche

Amakuru yo ku wa 22 Nzero 2020

Journal du 21 Janvier 2020

Arrêtés et accusés d’enseigner l’idéologie du parti CNL, l’acte d’accusation de deux membres du parti Cnl a changé et ont été accusés de perturber la sécurité et de diffamation contre les autorités. Ils ont été condamnés à dix ans de prison.

Quatre membres du parti CNL de la zone Muyira en commune Kanyosha de la province Bujumbura sont détenus dans différents cachots depuis dimanche dernier. Tous avaient fui leurs ménages après la tentative d’assassinat de Gédéon Mpitabavuma, chef de zone Muyira, au mois d’octobre de l’année dernière. 22 autres membres de ce parti sont incarcérés à la prison centrale de Mpimba pour le même dossier. Leurs familles crient à l’injustice.

Plus de 10 jours après leur arrestation, deux membres du parti CNL de la zone Rukaramu en commune Mutimbuzi ont été transférés ce lundi à la prison centrale de Mpimba. Les voisins ainsi que leurs familles demandent qu’ils soient libérés sans conditions car, selon eux, leurs chefs d’accusation sont sans fondement.

Un peu plus de deux semaines après signification des prévenus de l’arrêt rendu par la cour suprême quant aux exceptions soulevées par la défense lors du premier procès, cette cour a décidé d’entrer dans le fond de l’affaire. Ayant jugé non fondé toutes les exceptions, elle n’a pas attendu que le délai prévu pour faire appel s’écoule. Et le procès a eu lieu ce vendredi en province Gitega.

La première division de la Cour de justice Est-Africaine a classé l’affaire du 3ème mandat de Pierre Nkurunziza sans trancher sur la légalité ou l’illégalité du mandat en question. L’incompétence et la prescription pour certains éléments du dossier sont parmi les causes évoquées.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2020 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 266 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha