Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

Ouverture à Paris d’un procès en diffamation sur plainte de Bujumbura

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Me Bernard Maingain Me Bernard Maingain

Début ce jeudi du procès du Président Nkurunziza contre l’avocat belge Bernard Maingain, l’écrivain David Gakunzi et la chaîne de télévision française France 3 au tribunal correctionnel de Paris. Nkurunziza a porté plainte pour diffamation à la suite d’un reportage diffusé en Janvier 2016. De son côté, la défense ne lâche pas et compte dévoiler les crimes commis par le régime burundais.

En date du 13 Janvier 2016, la télévision française France 3 a diffusé un reportage montrant les images odieuses, intitulé « Le Burundi en proie à des violences extrêmes ». La chaine a fait savoir que ces crimes étaient commis au Burundi. Or après vérifications, il s’est avéré que la langue parlée par ces miliciens était le Hausa, une langue parlée dans les pays de l’Afrique de l’Ouest. Dès le lendemain, la chaîne a rectifié et a aussitôt supprimé le reportage sur ses sites. A cet effet, le régime Nkurunziza a porté plainte contre la chaîne française pour diffamation.

 

Dans ses éclaircissements, l’avocat belge Bernard Maingain a souligné que malgré la polémique, cette vidéo est bel et bien venue du Burundi où elle aurait servi de matériel didactique lors des formations paramilitaires des Imbonerakure dans la province de Karusi.

 

L’écrivain David Gakunzi, quant à lui, est poursuivi pour avoir commenté cette vidéo en disant que « chaque jour dans tout le pays, on enlève des jeunes, on les torture, on les tue et on les mutile. Cela est fait par des miliciens ou la garde présidentielle »

 

Ce jeudi s’est alors ouvert à Paris le procès qui durera deux jours et opposera Bernard Maingain et David Gakunzi dont la défense est assurée par Maître Léon Forster, Madame Delphine Ernotte Cunci, Présidente de France Télévision et le journaliste Luc Lagun-Bouchet qui sont défendu par Maître Jean Castelain. Quant au gouvernement du Burundi, il est représenté par Maître Arthur Verecken et Maître Delphine Meillet, avocats de la partie civile.

 

Dans cette affaire, seront entendus aussi les témoins de Bernard Maingain qui devront expliquer aux juges la situation en cours au Burundi. Il s’agit de Bob Rugurika, journaliste et directeur de la Radio Publique Africaine, Pierre-Claver Mbonimpa, défenseur des droits de l’homme et représentant de l’Aprodh, Maître Lambert Nigarura et Maître Armel Niyongere, avocats et membres du Collectif des Avocats pour la défense des victimes de droit International commis au Burundi, CAVIB en sigle. Le 5ème témoin est Marguerite Barankitse, fondatrice de la Maison Shalom qui n’est pas sur place mais qui a tenu à envoyer aux juges français un témoignage écrit sur la bonne moralité et l’intégrité de l’avocat belge Bernard Maingain. 

 

Ce procès a débuté ce jeudi et se poursuivra ce vendredi au Tribunal Correctionnel de Paris en France.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

20 avril 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 243 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha