Recherche

Amakuru yo ku wa 04 Kigarama 2019

Journal du 04 Décembre 2019

Le dysfonctionnement de l’appareil judiciaire burundais à l’origine de la surpopulation carcérale

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La lenteur observée dans l’exécution de jugements est l’une des causes de la surpopulation carcérale dans différentes maisons de détention. Les prisonniers politiques sont les principales victimes de cette lenteur qui handicape le bon fonctionnement de l’appareil judiciaire burundais.

L’enquête menée par Acat-Burundi dans quatre établissements pénitentiaires, à savoir les prisons de Mpimba, Gitega, Muramvya et Rumonge, a démontré que ces maisons d’arrêts regorgent de détenus acquittés, ceux qui ont bénéficié de la grâce présidentielle et ceux qui ont purgé leurs peines.

 

La plupart de cas enregistrés sont des gens détenus pour des crimes à caractère politique. Ce que l’Acat-Burundi qualifie de mauvaise foi des juges.

 

Acat-Burundi a également constaté que ces prisons comptent un effectif important de détenus qui viennent de passer trois ans en détention préventive et d’autres qui ont interjetés appel il y a de cela trois ans, mais sans que leurs dossiers soient programmés afin que leurs causes soient analysées par le juge d’appel.

 

L’autre élément qui témoignerait la mauvaise foi ou encore la mauvaise volonté des juges, est que le jugement au premier degré, est suivi par le transfert des co-accusés dans de différentes prisons, ce qui constitue un handicap majeur dans l’évolution des dossiers.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

5 décembre 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 104 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha