Recherche

Amakuru yo ku wa 15 Gitugutu 2019

Journal du 15 Octobre 2019

Vers un rapatriement forcé des burundais réfugiés en Tanzanie

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans le but de rapatrier de gré ou de force le maximum possible des réfugiés burundais de la Tanzanie, Gitega et Dar-Es-Salaam usent de plusieurs stratégies. En plus des attaques à main armée, les tortures, intimidations et autres abus et exactions, les deux gouvernements passent actuellement par les représentants des réfugiés. Dans un délai d’une semaine, au moins cinq chefs de zones ont regagné le pays. Un phénomène qui incite d’autres réfugiés à se rapatrier, même malgré eux. C’est au moment où ces représentants rentrent au Burundi après avoir intimidé ou encore conscientiser les autres à suivre leur modèle.

A part que la majorité de ceux qui regagnent le Burundi à partir du camp de Nduta est composée des membres du parti Cndd-Fdd, les autres sont ceux qui, finalement, cèdent face aux menaces du gouvernement tanzanien en collaboration avec celui de Pierre Nkurunziza.

 

« Ceux qui rentrent sont surtout des Imbonerakure. D’autres sont ceux qui cèdent aux agressions et intimidations du gouvernement Tanzanien. Autre fait qui pousse les réfugiés burundais à rentrer malgré eux, ce sont les menaces de leurs représentants qui sont financés par le gouvernement du Burundi. Sans parler de multiples attaques à main armée qui ont été menées sur le camp de Nduta ces derniers jours par des gens du service national de renseignements burundais. » Explique notre source

 

Ainsi donc, les burundais réfugiés au camp de Nduta indiquent qu’ils ne savent plus à quel saint se vouer dans la mesure où leurs représentants prennent le devant pour le rapatriement. Ils disent qu’ils ont été hautement indignés de constater que les mêmes représentants collaboraient étroitement avec le gouvernement Nkurunziza.

 

« A titre illustratif, Le chef de la Zone 1, en même temps représentante des chefs de zones du camp qui avaient hébergé le chef de renseignements de Muyinga, une femme prénommée Rehema est récemment rentrée. Son suppléant de la zone 11, lequel, à l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, a tenu des propos qui ont prouvé que réellement les réfugiés de Nduta ont été trahi, lui aussi vient de rentrer. Même le prénommé Benoît, chef de zone 6, qui s’est beaucoup impliqué dans la dénonciation de la torture et agressions de gens par la police, est lui aussi rentré. Il se pourrait même que le chef de la zone 5 prévoit se rapatrier Mardi. Le chef de la zone 9 prénommé Fulgence serait également déjà arrivé au Burundi. D’après tout ce qui précède, l’évidence est que tous ceux qui étaient élus pour représenter les réfugiés ici dans ce camp sont des hommes de Nkurunziza. » Indique notre source

 

Il va sans dire que plus ou moins 355 familles se sont rapatriées entre le lundi 24 et le jeudi 27 juin 2019.

Lu 458 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

16 octobre 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 481 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha