Recherche

Amakuru yo ku wa 19 Munyonyo 2019

Journal du 19 Novembre 2019

De l’intolérance politique aux assassinats ciblés, le CNL alerte

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Agathon Rwasa, président du CNL Agathon Rwasa, président du CNL

Le parti CNL d’Agathon Rwasa dénonce un plan d’élimination physique de ses membres, à commencer par le plus haut sommet du parti. Ce jeudi 07 novembre 2019, une conférence de presse a été animée et un plan d’éliminer physiquement les membres du parti CNL, et plus particulièrement leur leader, a été dévoilé.

Dans une conférence de presse animée par le secrétaire général du parti CNL, il a été étalé quelques signes qui annoncent la mise en application d’un plan d’éliminer physiquement les membres de ce parti, et ce du plus haut sommet.

 

 « Le parti CNL endure toute sorte de harcèlements, de montages grotesques, d’intimidations, de violences physiques et verbal, des arrestations suivi d’emprisonnent arbitraire, etc. Bref il s’agit d’une sorte de chasse à l’homme. Nous sommes au courant d’un probable plan national d’élimination systématique et d’emprisonnement des responsables de notre parti, en commençant par le plus haut sommet. Le piratage et l’utilisation des signes du parti CNL ont déjà commencé. Des tenues policières et militaires et des armes à feu ont déjà été apprêté pour porter préjudice à nos membres. Nos canaux de communications ont été piratés et diffusent des messages incendiaires afin de désorienter l’opinion par rapport à la vision du parti. »  A révélé Simon Bizimungu, secrétaire général du parti CNL.

 

Dans l’entre-temps, des assassinats ciblés se poursuivent

 

Un membre du parti CNL du quartier Mubone, zone Buterere de la commune Ntahangwa a été tué la nuit du mercredi 06 novembre. Ce crime a eu lieu dans la localité de Kanga au moment où la victime du nom de Térence Ngendakumana était de retour de son service. Selon nos sources, sa moto a été volée par ses bourreaux.

 

« Térence Ngendakumana a été tué au moment où il rentrait de son service qui consiste à vendre des planches. Il a été assassiné à 500 mètres seulement de la localité dénommée Kanga située en zone Kinama. Mais ce qui nous étonne, c’est que cet endroit se situe tout près de Kanga. »

 

Ces habitants s’insurgent contre ce genre de criminalité qui tend à devenir monnaie courante au Burundi. « Contrairement à ce que disent les autorités, nous regrettons et condamnons cette pratique. »

 

Aujourd’hui, le CNL dénombre à travers tout le pays plus de 50 permanences vandalisées ainsi que plus de 200 membres détenus dans les différentes maisons de détentions ou encore dans des prisons.

Lu 213 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 248 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha