Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

Le Réseau Européen pour l’Afrique Centrale, EURAC en sigle, demande à la France de revoir sa décision d’assister directement le gouvernement du Burundi. Qualifiant d’irresponsable cette décision, ce réseau des organisations de la société civile européenne rappelle que les graves violations des droits de l’homme se poursuivent au Burundi.

Certains politiques et membres de la société civile en exil sont préoccupés par la reprise de la coopération bilatérale entre la France et le gouvernement du Burundi. Malgré les sanctions lui imposées par l’Union Européenne, le pouvoir de Pierre Nkurunziza a réussi à décrocher une assistance dans les secteurs de la défense et de l’éducation de la part de la République française.

La France offre de nouveau un appui direct au gouvernement du Burundi malgré que le pays soit toujours sous sanctions de l’Union Européenne. L’ambassadeur de la France au Burundi a récemment précisé que le nouvel appui concerne le domaine de la défense et celui de l’éducation. La reprise de la coopération bilatérale a été initiée par la République française.

Ils ont fait de Nairobi leur point de rencontre pour la 4ème Conférence du Réseau de Recherche sur le Burundi. Certains sont chevronnés et d’autres sont des chercheurs en herbe, mais ils s’intéressent tous à la situation du Burundi sur différents plans. Ce mardi 2 juillet, en marge de la Conférence proprement dite, ces scientifiques, venus de différents coins du monde, ont mis en exergue les défis majeurs auxquels ils font face.

Dans le but de rapatrier de gré ou de force le maximum possible des réfugiés burundais de la Tanzanie, Gitega et Dar-Es-Salaam usent de plusieurs stratégies. En plus des attaques à main armée, les tortures, intimidations et autres abus et exactions, les deux gouvernements passent actuellement par les représentants des réfugiés. Dans un délai d’une semaine, au moins cinq chefs de zones ont regagné le pays. Un phénomène qui incite d’autres réfugiés à se rapatrier, même malgré eux. C’est au moment où ces représentants rentrent au Burundi après avoir intimidé ou encore conscientiser les autres à suivre leur modèle.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 416 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha