Recherche

Amakuru yo ku wa 07 Kigarama 2019

Journal du 07 Décembre 2019

La corruption dans le domaine de la santé expose la vie des burundais

mardi, 26 novembre 2019 08:36
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La prévention de l’Ebola est un des cas illustratifs. Suite à la corruption, les contrôles sur toutes les frontières burundo-congolaises de la province Cibitoke sont depuis trois semaines faits par des agents non formés, l’équipe formée ayant été mutée pour avoir refusé de verser des montants exigés par leur supérieur au niveau provincial.

La province Cibitoke compte 5 centres de dépistage d’Ebola. 4 de ces centres sont situés sur les frontières entre le Burundi, le Rwanda et la République Démocratique du Congo. Quant au 5ème centre de santé, il a été implanté à l’intérieur du centre de transit de Cishemere, un centre qui accueille les réfugiés congolais. En tout, 29 agents contrôlent les va-et-vient de toute personne qui foule le sol burundais.

 

Mais depuis le début de ce mois de novembre, révèle notre source au sein du ministère de la santé et de la lutte contre le Sida, de nouveaux agents ont été recruté pour remplacer ceux anciens. Sur les 29, un seul a été épargné. Pourtant, de tous ces 28 nouveaux agents, aucun n’a été formé en technique de lutte contre l’Ebola, alors que ceux qu’ils ont remplacé ont été formé depuis 2014.

 

Derrière ce changement soudain, poursuit notre source, se cacherait une affaire de corruption. En effet, fait savoir notre source, les anciens agents auraient refusé de donner des pots-de-vin comme exigé par le responsable du district sanitaire de la province Cibitoke.

 

Les mêmes informations en provenance du ministère de la santé indiquent que, Célestin Ndayahoze, médecin responsable de ce district, aurait demandé à chacun de ces 29 agents mutés une somme de 150.000 francs burundais, et ce mensuellement, un montant qui représente la moitié de leurs primes octroyés par l’Organisation mondiale de la santé, ‘’OMS’’. Et, comme cette ONG a eu vent que les bénéficiaires ne recevaient pas la totalité de leurs primes, poursuit notre source, elle a opté de distribuer elle-même directement cette prime, sans passer par le ministère de la santé, ce qui n’a fait qu’exacerber le médecin responsable en question. C’est cela qui serait à l’origine de ce changement de fonction de ces 28 agents.

 

Pour le moment, l’inquiétude est grande au sein de la population. A part que ces agents sont amenés à faire ce pourquoi ils n’ont pas été formé, au risque de laisser se propager cette épidémie, ils mettent également leurs vies en danger vu qu’ils n’ont pas été vacciné comme ce fut le cas pour leurs prédécesseurs.

 

Contacté à propos, le Docteur Célestin Ndayahoze, médecin du district de Cibitoke, nous a raccroché au nez une fois mis au courant de notre sollicitation. Quant au médecin provincial de Cibitoke, il nous a répondu qu’il ne collabore pas avec les journalistes. La RPA a également contacté le Docteur Thaddée Ndikumana, ministre de la santé publique, mais son téléphone sonnait sans que personne ne décroche.

Lu 187 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 175 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha