Recherche

Amakuru yo ku wa 26 Ntwarante 2020

Journal du 26 Mars 2020

La carte d’assistance médicale au centre des préoccupations des députés burundais

vendredi, 17 janvier 2020 10:01
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le gouvernement burundais devrait de plus en plus faciliter l’accès aux soins aux détenteurs de la Carte d’Assistance Médicale, ’’CAM’’. La demande a été faite par certains députés ce mercredi au moment où le ministre de la santé répondait aux questions orales à l’assemblée nationale. Ce dernier a indiqué que cela demande la révision de la loi régissant l’accès aux soins de santé en général.

Certains des députés ont manifesté leurs inquiétudes concernant l’accès aux soins de santé de base pour un citoyen qui utilise la carte d’assistance maladie CAM car, en cas d’un état critique, ce même citoyen ne peut pas être soigné dans un hôpital. Le député Jean-Claude Kwizera plaide pour ces citoyens. « J’ai essayé de regarder là où on a expliqué l’utilisation de la carte d’assistance médicale et les structures dans lesquelles elle est utilisée. On montre que c’est au niveau de la base. Sur cela, je ne comprends pas comment on peut aider un citoyen souffrant d’une simple maladie dans un centre de santé mais, qu’en cas de grave maladie, il est délaissé. Moi, je pense que dans cette loi, il ne faut pas limiter les soins d’un citoyen au niveau du centre de santé. Il faut lui permettre d’aller à l’hôpital. »

 

Le ministre de la santé publique et de lutte contre le Sida Thaddée Ndikumana a répondu que cette carte s’achète à moins chère, mais s’il advient que la loi soit révisée, le gouvernement pourra séparer les utilisateurs de la CAM et les indigents. « CAM est une carte d’assistance médicale. Normalement elle coûte 3000 francs burundais. Puis, elle est utilisée dans un centre de santé et dans un hôpital de district. Prochainement, nous prévoyons, si c’est possible, de séparer la carte d’assistance médicale à celle d’indigence car, le gouvernement ne peut pas trouver un budget pour faire soigner toute une famille alors qu’elle a payé 3000 francs burundais. Lorsqu’on révisera comment les citoyens sont soignés en général, il y aura une loi qui complètera cette dernière », a indiqué le ministre de la santé.

 

Lors de ces questions orales, le ministre Thaddée Ndikumana a fait savoir que 85% des enfants de moins de 5 ans souffrent de la malnutrition.

Lu 396 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2020 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

28 mars 2020

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 191 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha