Recherche

Amakuru yo ku wa 20 Munyonyo 2019

Journal du 20 Novembre 2019

Deux enfants réfugiés albinos burundais de Nakivale en Ouganda souffrent d’une maladie de la peau qui résiste aux traitements. Une situation qui effraie les parents de ces enfants. Pour le moment, les représentants des réfugiés burundais albinos demandent aux âmes charitables de venir en aide à ces enfants pour qu’ils puissent bénéficier des soins appropriés et retrouver le chemin de l’école comme les autres.

Les moins de 5 ans sont menacés par la diarrhée au camp des réfugiés burundais situé à Nduta en République Unie de Tanzanie. En moins d’une semaine, plus de 500 enfants ont été atteints. Les réfugiés burundais de Nduta pensent que cette diarrhée serait liée aux problèmes d’hygiène qui se manifestent à l’intérieur de ce camp.

Les cartes d’assurance maladie ne sont plus fonctionnelles dans certaines zones de la mairie de Bujumbura. Cette situation frustre les habitants de ces zones qui regrettent que les infirmiers ne leur fourni aucune explication.

Les réfugiés burundais du camp de Lusenda en RDC font savoir qu’ils ont du mal à se faire soigner. A part qu’il leur est de plus en plus difficile de trouver des médicaments, il y en a qui souffrent de maladies chroniques nécessitant de voir des médecins spécialistes, des médecins qui font défaut dans ledit camp.

Les albinos burundais réfugiés au camp de Nakivale en Ouganda sont menacés par des maladies de la peau. Etant dans l’incapacité de se prendre en charge, ces albinos demandent à toute âme charitable de leur venir en aide.

Grognes chez les affiliés de la Mutuelle de la fonction publique souffrant des maladies chroniques. Depuis un certain temps, ils ne trouvent plus de médicaments dans les pharmacies qui collaborent avec leur assureur.

Ces médicaments en question proviennent de la Tanzanie et sont acheminés vers la zone Ruzo de la commune Giteranyi en province de Muyinga. Inquiète, la population demande l’intervention de l’administration pour éradiquer ce commerce.

Paralysie ce jeudi des activités à l’école Sainte famille de la zone Kinama en mairie de Bujumbura. A l’origine, une maladie non encore identifiée qui a attaqué certains des élèves qui ont été directement évacués vers l’hôpital.

Les médiateurs de santé en matière de lutte contre le sida demandent toujours à être médicalement pris en charge, une tâche qui normalement revient à la Croix-Rouge Burundi, récipiendaire principal pour le suivi de ces médiateurs de santé. La Croix-Rouge qui ne cesse de rassurer ces derniers en leur certifiant qu’elle est à la recherche d’une maison d’assurance.

Le volume du kit d’appui nutritionnel a sensiblement diminué, en plus du manque de médicaments contre les infections. Seuls les antirétroviraux (ARV) sont toujours disponibles. Pour palier à ce défi, les personnes vivant avec le VIH/SIDA demandent qu’on finance les activités génératrices de revenus pour faciliter leur autonomie financière

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 556 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha