Recherche

Amakuru yo ku wa 15 Gitugutu 2019

Journal du 15 Octobre 2019

Quand la persévérance finit par payer

mercredi, 09 octobre 2019 16:09
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les femmes burundaises développent de plus en plus l’esprit d’entreprenariat dans leurs pays de refuge. Celle qu’on va appeler Nzoyihaya pour des raisons de sa sécurité est l’une d’entre elles. Elle fait du commerce dans la capitale Kigali située au Rwanda. Voici le parcours de cette femme à qui son commerce semble réussir.

Agée de 40 ans, Nzoyihaya est mère de 5 enfants. Exilée depuis 2016, Nzoyihaya loue une petite maison à Remera, un des quartiers de Kigali. Au départ, son mari resté au pays subvenait à presque tous leurs besoins. Mais, petit à petit, la vie commença à leur peser.

 

« La vie dans ce pays est trop chère. Je n’avais qu’un capital de 10 mille francs rwandais, mais je devais m’en sortir coûte que coûte. » Raconte notre source

 

N’ayant pas d’autres choix que celui de lutter pour la survie de sa progéniture, Nzoyihaya se lança dans le commerce, un métier qu’elle faisait même étant au pays. Et, comme le hasard fait bien les choses, une de ses voisines était aussi commerçante, ce qui facilita son intégration dans ce milieu.

« Cette dame m’a tout appris. Elle m’a aussi intégré dans une association de petits commerçants. En fait, on quitte la maison vers 5 heures du matin et on achète des légumes qu’on va par après revendre au gros. » Confie Nzoyihaya.

 

Après son adhésion au sein de ladite association, la vie de Nzoyihaya pris un autre tournant. De 10 mille, son capital va passer à 50 mille, et cela en quelques semaines, grâce aux cotisations quotidiennes exigées à tout membre de l’association. Elle commença alors à voler de ses propres ailes. Dans l’entre-temps, son mari va la rejoindre en exil et, à deux, ils vont accroître leur commerce. Désormais, elle ne se contente plus de légumes. Elle vend différentes sortes d’aliments.

 

A force d’épargner et aidée par la banque, Nzoyihaya a pu s’acheter une petite parcelle et compte bientôt y construire sa propre maison.

 

A part ce prêt, leur association joue également un rôle d’entraide mutuelle, ce qui l’a beaucoup aidé pour la scolarité et les soins de santé de ses enfants. Fière de ses exploits, Nzoyihaya lance un appel à ses confrères réfugiés, aux femmes en particulier, pour qu’ils se prennent en charge au lieu de toujours s’apitoyer sur leur sort.

 

Article de presse sur l’article de presse sur l’émission Turiho du 24 Septembre 2019. Avec le soutien de la Wallonie-Bruxelles International.

 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

16 octobre 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 204 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha