Recherche

Amakuru yo ku wa 29 Ntwarante 2020

Journal du 29 Mars 2020

Le panier de la ménagère en hausse depuis 6 mois à Gitega

mardi, 24 mars 2020 17:38
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La hausse des prix des denrées de premières nécessités persiste depuis six mois en province de Gitega. Aujourd’hui, les habitants de Gitega indiquent qu’ils sont dans la pauvreté après avoir dépensé tout l’argent dans les travaux champêtres de l’été dernier. Ils demandent au gouvernement de tout faire pour stabiliser les prix.

Certains parmi les habitants de la province Gitega indiquent qu’ils s’inquiètent de la hausse persistante des prix des denrées de première nécessité les 6 derniers mois écoulés.

 

Par exemple, la farine de manioc qui se vendait entre 350 et 450 francs le kilogramme s’achète aujourd’hui 700 francs le kilogramme. Le prix du kilogramme de haricot simple est passé de 1.000 francs à 1.400 au moment où le prix du haricot jaune est passé de 1.500 à 2.000 francs. Le prix du kilogramme du riz qui se vendait entre 1.400 et 1.600 s’achète entre 2.000 et 2.100 francs le kilogramme et le prix du kilogramme de l’huile de palme de 1.900 à 2.400 francs tandis le prix du kilogramme de viande est passé de 8.000 à 9.000 francs. Les pommes de terre qui se vendaient entre 600 et 650 francs le kilogramme s’achètent aujourd’hui à 1.000 francs. Les habitants de Gitega déplorent que même le prix du sel qui n’augmentait pas d’habitude est passé de 850 à 1000 francs le kilogramme.

 

Toutefois, le prix du kilogramme de maïs a diminué. Il est passé de 1.000 à 900 francs. Les habitants de Gitega indiquent que c’est dû au fait qu’ils viennent de récolter du maïs et craignent que le prix de la farine de maïs pourrait aussi augmenter les mois à venir.

 

Certains parmi ces habitants de Gitega parlent de difficultés de nourrir leurs familles au moment où même le prix du charbon a aussi augmenté. Le sac de charbon qui se vendait d’habitude entre 13 et 15 mille s’achète aujourd’hui entre18 et 20 mille francs.

 

Les habitants de la province Gitega indiquent qu’ils sont dans la pauvreté surtout qu’ils viennent de sortir de la saison sèche qui demande beaucoup de moyens au cultivateur. Ils demandent au gouvernement de trouver des solutions pouvant stabiliser les prix et de suivre de près des commerçants spéculateurs.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2020 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 267 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha