Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Un responsable du camp force les réfugiés burundais à rentrer au pays.

Les réfugiés burundais du camp de Nyarugusu en Tanzanie s’insurgent contre le comportement de  l’un  des responsables de ce camp qui a perturbés leurs activités la matinée de ce lundi. Il prenait sans justification certaines marchandises et les réfugiés lui ont opposé une résistance.   Depuis, des heurts ont éclaté et  les activités  des marchés n’ont plus eu lieu.

La matinée de ce lundi, l’un des responsables du camp de Nyarugusu connu sous le nom de  Cagonjwa est allé dans les zones 9 et 11 où habitent les commerçants qui vendent en gros des poissons dits  Ndagala et Mukeke. Arrivé dans la zone 9, ce responsable a demandé une somme d’argent  à une vendeuse des Ndagala et cette dernière lui  aurait donné une petite somme. Ce Caganjwa n’a pas voulu digérer cela et s’est en mis colère.  Puis, il a commencé  à charger  les sacs de Ndagala  à bord de son véhicule.  Les réfugiés le lui ont empêché et ont même cassé les vitres de son véhicule.   Des heurts ont commencé. Mais, les policiers qui étaient avec ce responsable ont rapidement  calmé la situation  comme le témoigné notre source. « Cette vendeuse n’a  rien fait de mal.  C’est son activité depuis notre arrivée. Les gens ne comprennent pas pourquoi il est venu prendre ses marchandises. Mais,  nous pensons que c’est parce qu’elle a refusé de lui donner de l’argent. Il voulait emporter  ses Ndagala  mais les réfugiés ont essayé de récupérer une quantité de ces Ndagala. Suite   à cela, les policiers ont  conseillé  aux gens de ne pas étaler  leurs marchandises dans  les marchés puisque le climat était tendu. Les vitres du véhicule de ce responsable ont été brisées ».       

Notre source fait savoir que Cagonjwa a   emporté cinq sacs de Ndagala et Mikeke . Il les a déposés    au bureau des responsables de ce camp. Les réfugiés de Nyarugusi disent que chaque fois qu’il n’y pas  de mouvement de rapatriement  des réfugiés burundais, les responsables du camp provoquent des désordres   pour qu’il y ait des réfugiés qui décident de retourner au pays. « Cet homme et chef de camp crée des désordres chaque fois qu’il constate que  le nombre des réfugiés qui rentrent est petit pour que les gens aient peur et désespèrent. Comme ça, ils décident de rentrer.  C’est sa stratégie de nous obliger  à retourner au Burundi et nous le savons très bien », poursuit notre source.    

 Les réfugiés burundais du camp de Nyarugusu demandent que ce comportement de les perturber cesse. 

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 126 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech