Une pénurie d'essence dans la ville de Bujumbura due au peu de devises

mai 04, 2016 0 3289
Rate this item
(0 votes)
Une pénurie de carburant s’observe depuis le début de cette semaine en Mairie de Bujumbura. Des files d’attente sont visibles dans le peu de stations qui servaient encore du carburant mardi et mercredi. La population craint une hausse du prix de l’essencedans les jours à venir.
 
Une longue file d’attente faite de conducteurs de véhicules et de motos se fait remarquer sur les quelques stations d’essence qui servent encore du carburant, notamment l’essence,depuis mardi matin. La  station Interpetrol se trouvant au centre-ville de Bujumbura près de l’ex hôtel Novotel  servait encore de petites quantités de carburant jusqu’à ce mardi.  Les quelques clients servis étaient cependant rationnés entre 3 et 5 litres d’essence chacun, pas de quoi faire de longues distances.
 
La station dite ‘’ King star Bwiza ‘’ avait de l’essence mais cela suscite depuis ce mardi de très longues files devant les pompes et même dans les rues adjacentes. Cependant, les conducteurs de motos n’ont pas eu la chance d’être servis du fait que les motos sont interdites d’accès au-delà des ponts entrants dans la capitale, décision prise à leur encontre par la Mairie suite aux séries d’attaques à la grenade dans la ville. 
 
Les stations d’essence se trouvant sur le boulevard du 28 novembre au nord de la capitale étaient toutes en manque du carburant ce mardi 3 Mai. C’est le cas de la station Kigobe City oil qui servait une petite quantité du carburant jusqu’à ce lundi, mais les choses avaient changé dès le lendemain. D’autres pompistes des stations se trouvant sur ce boulevard disent qu’ils viennent de passer une semaine sans carburant.
 
Les stations d’essence se trouvant au sud de la capitale, précisément sur l’avenue du large, que ce soit sur la station dite ‘’ tempête ‘’, celle proche de la salle de réception ‘’ Sabemeli ‘’ ou encore la station proche de l’ancien marché de Kinindo n’avaient aucune goutte de carburant ce mardi 3 Mai. Seule la station située sur le pont Muha sur le Boulevard de la Liberté dit route Rumonge servait encore du carburant. 
 
Selon des informations à notre disposition, les stations d’essence qui servent encore du carburant recevaient il y a encore quelques jours plus de dix mille litres en stock, mais maintenant ces stations ne reçoivent que trois mille litres.
 
Un commerce frauduleux du carburant commence à se remarquer : des gens vendent le carburant dans différents quartiers de la Mairie de Bujumbura à un prix supérieur que celui reconnu légalement.
 
Le Ministère de l’énergie et mines fait savoir qu’il n’y a pas de pénurie de carburant au Burundi mais trouve que c’est dû à la « spéculation des pétroliers ».
 
Certains conducteurs de voitures et de motos disent ne pas comprendre les raisons de cette pénurie de carburant.
 
D’autres pensent que la pénurie de carburant serait liée au manque de devises. Cette dernière raison est confirmée par un importateur de carburant qui a requis l’anonymat. Selon lui, les devises étaient à court du côté des importateurs. La Banque centrale leur a vendu ce mardi dans l’après-midi des devises devant permettre de payer leurs fournisseurs rapidement et d’importer du carburant. « La situation devrait revenir à la normale d’ici la semaine prochaine » nous a confié notre source.
 
La pénurie du carburant se ressent aussi à l’intérieur du pays : les provinces de Bubanza, Rumonge, Bururi et Ngozi sont en manque de carburant depuis des jours voire des semaines.
 

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.