Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

La guéguerre au sein de mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité

mercredi, 11 septembre 2019 20:12
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Un groupe de membres du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité s’inscrit en faux contre les dernières élections au sein de ce mouvement. Ce groupe dénonce des élections entachées d’irrégularités et le refus du dialogue des dirigeantes actuelles du mouvement.

La déclaration en question a été sortie par un groupe de membres du Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et la Sécurité, un groupe qui conteste les dirigeants nouvellement mis en place.

 

Le nœud du problème serait lié à ce que le groupe a appelé ‘’une opacité délibérément entretenue pour occulter la vérité.’’

 

En effet, ledit groupe accuse la présidente sortante d’avoir organisé des élections en violation flagrante de tous les textes régissant ledit mouvement, ce qui aurait provoqué le retrait d’une partie des membres de ce mouvement qui ont refusé de cautionner ce qu’elles ont appelé ‘’une mascarade électorale’’. Mais cela n’empêchera pas la présidente sortante de se faire réélire. Cela s’est passé le 10 Août dernier.

 

Une semaine après, en l’absence de tout consensus, une médiation sera mise en place pour essayer de concilier les deux parties visiblement en conflit, lit-on dans cette déclaration.

 

Une semaine plus tard, toutes les parties parvinrent à se mettre d’accord sur deux des personnes proposées pour jouer le rôle de médiateur. Mais, à la veille du début de la médiation, les deux intermédiaires furent contraints de jeter l’éponge et de rendre le tablier de la médiation, un échec que le groupe des contestataires des élections issues de l’Assemblée Générale de 2019 met sur le dos de la présidente sortante qui, selon lui, n’a cessé de boycotter la médiation en lui mettant toujours les bâtons dans les roues.

 

Pour tous ces faits, le groupe qui s’est rebellé souligne, dans sa déclaration, qu’il ne reconnait aucun organe issu des élections jugées d’irrégulières et condamne le refus de tout dialogue qui a caractérisé la présidente sortante tout au long du processus de médiation où le passage en force a primé sur le débat contradictoire. Et ces femmes de conclure en réaffirmant ne jamais se dérober à leur combat contre toute dictature, d’où qu’elle vienne, et qu’elles restent toujours ouvertes au dialogue pour le redressement de leur mouvement.

Lu 107 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 232 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha