Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

L’ébriété à l’origine de la perturbation des activités du Lycée Rabiro

lundi, 22 avril 2019 09:17
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Salèse Rukemanganizi. Directeur du Lycée communal Rabiro Salèse Rukemanganizi. Directeur du Lycée communal Rabiro

Il n’y a pas eu de proclamation au Lycée communal Rabiro situé en commune Butihinda de la province Muyinga. Les élèves ont été contraints de passer les vacances de Pâques sans connaître les résultats du second trimestre. Pour cause, le directeur dudit établissement qui s’est présenté en état lamentable d’ivresse, perturbant ainsi toutes les activités.

La cour de récréation du Lycée Communal Rabiro est bondée comme tous les jours. Les élèves ont mis des uniformes propres et des chaussures neuves pour certains. Ils attendent avec impatience la proclamation des résultats du deuxième trimestre avant de débuter les vacances de Pâques.

 

Il est 9 heures précises. Les élèves se rassemblent tout autour du drapeau national. Et l’inimaginable se produisit. « Le directeur a alors débarqué d’une moto, soutenu par 2 personnes. Il était ivre-mort. Quand il a mis pied à terre, il s’est écroulé. »

 

Sidéré, le préfet des études va rejoindre le directeur dans son bureau pour se convenir sur la suite des évènements, vue que ce dernier était dans l’incapacité de se tenir debout afin de procéder à la proclamation. Mais ce fut peine perdue. « Le préfet des études a essayé de raisonner le directeur, mais en vain. Il a alors ordonné aux titulaires des classes de procéder à la proclamation. »

 

Ivre et imbu de son autorité, le directeur n’a pas digéré que les professeurs donnent les résultats sans son consentement. Blessé dans son orgueil, il passa de classe en classe, munis de bâtons, et commença à fouetter tout ce qui bougeait. « Il nous a tous fouettés, y compris nos titulaires. Nous nous sommes alors enfuis, chacun de son côté, en débandade. Certains ont eu leurs bulletins, d’autres non. Nous sommes alors rentrés bredouille à la maison. »

 

Révoltés, les élèves et les éducateurs du Lycée Communal Rabiro demandent à la direction communale de Butihinda, de même qu’à celle provinciale, de redresser cette autorité, surtout qu’il n’est pas à sa première incartade.

Lu 519 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

20 mai 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 362 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha