Un conducteur de taxi assassiné en plein centre-ville par un agent de l’ordre

Meurtre ce mardi 23 février d’un conducteur de taxi par un policier. Le crime a été commis en plein centre-ville de Bujumbura. Selon les témoins oculaires, ce policier l’a fusillé à bout portant, l’accusant d’avoir perturbé la circulation.

Feu Jean Marie NDERAGAKURA, chauffeur d’un taxi voiture immatriculé JA 4873 a été assassiné vers 19 h par un policier du nom de Jérôme IRANZI, APN 19300 de la matricule. L’auteur du crime reprochait  à la victime d’avoir gêné la circulation sur le tronçon BNDE et l’ancien marché central de Bujumbura, nous sommes au centre-ville de la capitale économique. Selon les témoins oculaires, le policier a tiré à bout portant sur le taximan après une petite dispute. ‘’Le taximan a été fusillé par ce policier qui s’était positionné juste devant lui. Il a été par après évacué. Les gens qui étaient sur place se sont rués sur ce policier et ses collègues sont venus le récupérer avant qu’il ne soit lynché.’’

Les mêmes informations révèlent que la victime a par après été évacué à l’hôpital où il expirera quelques heures seulement après son admission. Quant au policier en question, il a été emmené par d’autres policiers qui l’ont secouru vu que la foule voulait se venger.

Dans la fraicheur des faits, le porte-parole du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique, à travers un groupe Whatsapp qui réunit les portes paroles des ministères, parlait de légitime défense vu que le policier n’avait que se défendre. Une version réfutée par les témoins oculaires.

Pour plus de lumière, la RPA a tenté de joindre ce mercredi Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique, mais il nous a raccroché au nez à deux reprises.

Pour rappel, le défunt Jean-Marie Nderagakura était originaire de la colline Musivya en commune Gisozi de la province Mwaro.