Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Tanzanie : Un compte à rebours  lancé pour les réfugiés burundais

Tanzanie : Un compte à rebours lancé pour les réfugiés burundais

Les Burundais réfugiés dans les camps de la Tanzanie ont moins d’une année pour rentrer volontairement. L’annonce a été faite ce 20 février par l’inspecteur chargé des questions des réfugiés dans la province de  Kigoma, lors de sa visite au camp Nyarugusu. L’annonce est faite alors que des mesures draconiennes ont été déjà prises contre cette catégorie de réfugiés hébergés par la Tanzanie. Depuis quelques semaines toutes les boutiques des Burundais ont été détruites dans ce camp.

« La Tanzanie vous aime, elle veut faire le commerce avec le Burundi mais elle ne veut  pas de réfugiés burundais ! » A déclaré ce mardi John Walioba Mwita aux réfugiés burundais du camp Nyarugusu. L’inspecteur chargé des questions des réfugiés dans la province Kigoma a bien signifié à ces réfugiés burundais que leur retour est déjà décidé par le gouvernement Tanzanien et donc que l’assistance octroyée aux réfugiés sera suspendu après le délai de 10 mois leur accordé pour un rapatriement volontaire. « Après cette période j’ignore la suite.» Leur a dit Mr Walioba Mwita.

 Des mesures inexorables contre les Burundais

Depuis le 12 de ce mois de février, les boutiques  tenues par les réfugiés burundais sont détruites. Ce sont des agents de sécurité dans le camp  dit Sungusungu  accompagnés  de policiers tanzaniens et quelques fois de certains responsables du camp qui mènent l’opération  de démolition de petites boutiques et salons de  coiffure. Seules les zones habitées par les réfugiés burundais sont concernées.

 « Lorsqu’ ils ont démoli les marchés, ils nous demandaient de faire de petites activités commerciales à la maison. Mais maintenant ils nous empêchent toute activité génératrice, petite soit-elle. Nous avions construit de petites  maisonnettes pour faire ce commerce, ils ont tout détruit. » Explique un des réfugiés burundais de ce camp.

Cette situation complique davantage le quotidien de ces réfugiés car non seulement il leur est actuellement difficile de trouver où acheter ce dont ils ont besoin  mais aussi ils sont privés du peu de revenus qu’ils tiraient de ces activités. Désespérés, ces réfugiés lient ces mesures à la décision de les renvoyer bon ou mal gré.

Et selon l’inspecteur chargé des questions des réfugiés à Kigoma, le retour des Burundais a été décidé l’année dernière lors d’une réunion tripartite entre le gouvernement du Burundi, celui de la Tanzanie ainsi que le  Haut-Commissariat pour les Réfugiés.

Floriane Irangabiye  sur la liste de la campagne « Stand As My Witness » de CIVICUS

Floriane Irangabiye sur la liste de la campagne « Stand As My Witness » de CIVICUS

L’alliance mondiale de la société civile CIVICUS en sigle, a annoncé ce  08 février  à partir de Johannesburg, qu’elle avait ajouté la journaliste burundaise Floriane Irangabiye emprisonnée depuis le 30 août 2022, à sa campagne « Stand As My Witness » ou encore « Soyez mon  témoin ».  Une campagne qui plaide pour la libération immédiate des journalistes, activistes, dissidents et défenseurs des droits humains qui sont injustement emprisonnés dans le monde entier.

Condamnée à 10 ans de prison ferme pour ’’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat’’, Floriane Irangabiye rejoint 19 autres personnes de différents coins du monde  intégrées dans cette campagne. A ce jour, 25 personnes ont été libérées grâce à cette campagne dans différents pays de la planète.

« Notre décision d'ajouter Floriane Irangabiye  à l'initiative  Stand As My Witness , souligne la nature tragique et injuste de son emprisonnement », a déclaré Asma Darwish, chargée de campagnes de CIVICUS  pour l'initiative Stand As My Witness. 

Après un procès qui n’a duré qu’une dizaine de  minutes, en date du 11 janvier 2024 à la chambre d’appel de la cour suprême de Bujumbura, Floriane Irangabiye attend toujours le jugement de cette cour.

Un détenu en détresse à la prison centrale de Mpimba

Un détenu en détresse à la prison centrale de Mpimba

Un septuagénaire détenu à la prison centrale de Mpimba est entre la vie est la mort. Il a été  transféré il y a deux ans à la prison de Mpimba pour faciliter son accès aux soins de santé. Le lendemain de son opération chirurgicale, il a été ramené dans le dispensaire de la prison de Mpimba. Aujourd’hui sa vie est menacée. L’hôpital Roi Khaled exige  un montant de 4 millions BIF pour pouvoir le soigner.

A l’issu du cambriolage de la COOPEC qui a eu lieu en 2017 en province Gitega (capitale politique), un des cambrioleurs a été sérieusement torturé. Le tortionnaire en même temps commissaire de la police judiciaire prénommé Mpozenzi a pendant 24h accroché un gourde de 5l d’eau sur les gonades de ce voleur du nom de  Léonidas Nyandwi  Alias Kiguru avant  d’être transféré dans la prison de Gitega.

La RPA avait alerté pour que cet homme puisse bénéficier des soins de santé. A ce moment, Léonidas Nyandwi  venait de passer deux ans sans être soigné convenablement alors  qu’il avait été transféré à la prison de Mpimba depuis Gitega pour être proche des médecins spécialisés. Par après ce détenu a fini par être opéré à l’hôpital Roi Khaled. Malheureusement, une semaine après l’opération, sa vie tend encore à lui lâcher parce qu’il n’a pas eu le temps de récupérer. Un jour seulement après l’opération, il a été reconduit au dispensaire de la prison de Mpimba et sa vie s’est encore une fois détériorée.  « Aujourd’hui il est entre la vie et la mort », décrit notre source de Mpimba.  Il a été conduit à l’hôpital Roi Khaled mais il n’a pas été accueilli, poursuit notre source. « Ce jeudi 08 février, il a été ramené à l’hôpital Roi Khaled plus d’une semaine  après son opération. Il était  accompagné par une dame responsable du service social sous l’ordre du directeur de la prison »,  a indiqué notre source.

Malheureusement, « le médecin ne l’a pas accueilli parce que l’hôpital exige 4 millions BIF pour que ce détenu puisse être soigné par les spécialistes de KIRA Hospital, CMCK et d’autres. Alors, aussi longtemps que ces 4 millions ne seront pas disponibles il reste coucher dans le dispensaire de la prison et son cas continue à s’aggraver », déplore notre source.

A ce propos, Serges Nibogora Alias Gikona,  directeur de la prison de Mpimba fait savoir que le cas Léonidas Nyandwi  est connu de la direction de la prison et qu’il est suivi de près.

 Cibitoke : Un rwandais victime du conflit entre Gitega et Kigali

Cibitoke : Un rwandais victime du conflit entre Gitega et Kigali

Les habitants du quartier Karurama au chef-lieu de la province Cibitoke alertent quant à l’arrestation d’un de leurs  voisins, un  ressortissant rwandais. Pour ces habitants, ce  rwandais ne  serait victime que de ses origines.

Justin Ntwari habite le quartier Karurama situé au chef-lieu de la province Cibitoke. Commerçant au marché central de Cibitoke, ce dernier est incarcéré depuis ce mercredi 31 janvier au cachot du commissariat provincial de Cibitoke après une filature qui datait du début de la même semaine. ‘’ 4 policiers dont le commissaire communal de police sont venus l’arrêter  à son domicile. Lundi dernier, ils étaient venus au nombre de 5  et   étaient partis avec lui mais ce jour-là, ils  l’avaient ramené à la maison. Donc ce mercredi, ils étaient revenus pour la 2ème fois et cette fois-ci ils l’ont remis à un officier de la police judiciaire.’’ Révèle un des voisins qui a assisté à cette arrestation.

Ceux  qui ont pu  s’entretenir avec Justin avant son  incarcération indiquent qu’il leur avait  dit qu’il y  aurait eu des tentatives de l’enlever .Un des commerçants de la localité serait derrière  ces persécutions. ‘’ Justin aurait un  conflit avec un certain Ntaco. Mais avant  ça,  il m’avait informé que le commissaire communal, accompagné d’un  certain nombre de policiers, avaient tenté de l’enlever dernièrement. Je crois que Ntacombaye aurait saisi  le commissaire communal. Mais ce qui est évident, c’est  que le chef d’accusation a changé et se serait transformé en une affaire politique car la victime est de nationalité rwandaise.’’ Raconte un des amis proches de la victime.

Certains voisins de Justin Ntwari qui ont requis l’anonymat révèlent   que  la police se cache derrière un conflit  de  stands  entre Justin Ntwari et un certain   commerçant nommé Joseph Ntacombaye pour expliquer son incarcération. Un motif qui, selon les mêmes voisins ne tient pas debout puisque ce genre de différends est légion dans cette province, pourtant personne n’a été mis sous les verrous. D’où les habitants de la place pensent que ce commerçant est victime de la tension entre le Burundi et le Rwanda.

Marié à une burundaise, Justin Ntwari vit en province Cibitoke depuis plus de 20 ans.

La rédaction de la RPA a cherché à  joindre le commissaire  communal de police à Rugombo mais il nous renvoyé  au commissaire provincial de police. Mais ce dernier, nommé  Jacques Nijimbere, n’a pas répondu à notre appel.

 

 

 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 302 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech