Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Visite depuis ce vendredi du président burundais en Tanzanie.

Depuis ce vendredi, le chef de l’Etat burundais effectuera une visite de travail de 3 jours en Tanzanie. Sur son agenda  du moins   officiel, le président Evariste Ndayishimiye visitera   l’espace  que la Tanzanie a octroyé au Burundi  pour  la construction d’un port  sec. C’est un espace qui se trouve à  Kwala dans la région de la côte de l’océan  indien. Entretemps, cette visite inquiète les réfugiés burundais.

La localité    de Kwala qui sera visitée par le président  Ndayishimiye se trouve  à 2 heures de route du port de Dar es Salaam. C’est un site de dix hectares  octroyé  au Burundi par le gouvernement tanzanien pour la construction d'un port sec.

Vers fin août, Leonard Chamuriho, ministre tanzanien des Travaux et des Transports avait  annoncé cette attribution de terres au Burundi lors d’un entretien à Dodoma, la capitale  politique tanzanienne, avec l'ambassadeur burundais en Tanzanie, Gervais Abayeho. Ce dernier était à la tête d’une délégation de  10 envoyés  du Burundi.

 A  la presse, Gervais Abayeho avait déclaré que ce port sec aiderait les commerçants et hommes d'affaires burundais à conserver leurs produits avant leur transport vers Burundi.

La construction de ce port sec permettra également de réduire les coûts encourus par les hommes d'affaires burundais dans la conservation de leurs produits en transit,  avait  indiqué Gervais  Abayeho.

Toutefois, la convention Orts-Milner signée le 30 mai 1919 entre la Belgique et l’Angleterre, anciennes métropoles du Burundi et de la Tanzanie, a vu le Burundi  amputé du Bugufi . En contrepartie, le Burundi devait avoir des concessions dans les ports de Dar es Salam et Kigoma. Cette convention semble être jetée dans les oubliettes. Le grand perdant c’est le Burundi.

Il est à signaler que le président Ndayishimiye et son hôte auront des entretiens bilatéraux avant que le président Ndayishimiye ne pose la première pierre à Nala, près de la capitale Dodoma, où la société burundaise Itracom construit une usine d'engrais chimiques. Ndaysihimiye visitera également le  chantier de construction du chemin de fer. Il s’agit de la deuxième visite du président Ndayishimiye en Tanzanie depuis son accession au pouvoir. Sa première visite dans ce pays remonte  en septembre de l'année dernière lorsqu'il a rencontré feu le président John Magufuli en province  Kigoma. 

Cette visite inquiète les réfugiés burundais.

Les réfugiés burundais vivant en Tanzanie indiquent qu’ils ne s’attendent de rien de la visite du Président NDAYISHIMIYE en Tanzanie. Selon eux les menaces qu’ils subissent ne s’arrêteront pas. « Vraiment nous les réfugiés du camp de Nduta, nous n’attendons rien de la visite du président NDAYISHIMIYE. Mais, nous n’avons  aucun espoir que les menaces de nous tuer, les enlèvements ou de nous rapatrier par force cesseront. Jusqu’à maintenant, ils n’y a pas de sécurité au Burundi » a indiqué un réfugié.

Ces réfugiés demandent au HCR et aux Nations Unies de ne pas être distraits par la visite du président NDAYISHIMIYE. Ces réfugiés demandent plutôt au HCR et aux Nations Unies de continuer à  les aider. « Nous les réfugiés, nous n’allons pas  rentrer. Nous demandons au HCR et aux Nations- Unies de ne pas être  distraits et de continuer à nous aider. Même si nous subissons des menaces en Tanzanie, nous demandons au président de la Tanzanie, SAMIA SULUHU, de parler avec NDAYISHIMIYE, le HCR et les Nations Unies sur les questions de réfugiés qui ne sont pas allés au Burundi », a poursuivi ce réfugié.

Les réfugiés burundais vivant en Tanzanie s’évaluent à plus de 127 milles.

Les responsables du parti Cndd- Fdd persécutent les membres du parti CNL à Muhuta.

Chasse à l’homme contre les membres du parti CNL dans la commune Muhuta de la province Bujumbura. Une opération pilotée par les responsables du parti CNDD-FDD dans cette commune. Ces derniers jurent chaque fois  de persécuter et pourchasser tout opposant au régime en place.

Le premier pointé du doigt à inciter les Imbonerakure de persécuter et chasser les membres du parti CNL est le nommé Diomѐde NDIMURUGOHE,  responsable du parti CNDD-FDD en commune Muhuta. 

Nos sources indiquent que cette autorité en complicité avec ces collaborateurs au sein du parti CNDD-FDD invitent les jeunes du parti de l’aigle à se mobiliser et travailler assidument surtout la nuit  pour intimider et persécuter tous les opposants du pouvoir en place principalement les partisans du parti CNL comme le témoigne ce citoyen.  « Le responsable du parti CNDD-FDD en compagnie du chef des Imbonerakure, Pascal BARANZIRA,  et la présidente des femmes de ce parti, Jeannette NDAYISHIMIYE,  ont ordonné aux imbonerakure  à être vigilants et serrr les ceintures car c’est le moment de décrocher un poste au sein du gouvernement comme celui d’un député ou encore d’un sénateur.               Donc, les imbonerakure doivent se munir de machettes, de petites houes usées et de gourdins afin de patrouiller efficacement la nuit  puisque l’ennemi  est toujours  là et qu’il faut qu’en 2025 tous  les membres du parti CNL aient été adhérés au  parti CNDD FDD ».      

 Les listes de ceux qui doivent être arrêtés parmi les membres influents de l’opposition ont été déjà élaborées, soulignent nos sources.  A part que certains ont été déjà arrêtés, les mêmes sources révèlent que les éléments ciblés vont être soit tués soit porté-disparus.  « Ceux qui ont arrêté Pascal BARANYIKWA sont toujours  à la recherche de quatre  autres personnes. Parmi elles, celle qui ne fouira pas  devra mourir. Le nommé HAZAYANDI,  le chef de colline Buringa et le chef de zone Melchiade ainsi que celui de la zone Muhuta ont tous  dit que toutes ces personnes qui les empêcheraient  de gagner doivent être arrêtées ou encore  tuées pour qu’il y’ait la paix et la sécurité dans la zone Muhuta », ajoute notre source.    

Actuellement, les informations en provenance de la commune Muhuta indiquent que certains habitants de ladite commune ne passent plus la nuit dans leurs ménages par crainte de ces imbonerakure.

Le Frodebu rejoint le régime CNDD-FDD dans sa démarche de qualifier de génocide les événements sanglant de 1972.

Dans sa conférence de presse, le président de ce parti, Pierre Claver Nahimana, a émis le souhait selon lequel l'année prochaine le gouvernement devrait avoir déjà passé à l'étape de qualification de ces événements de 1972. Ça sera lors  de la commémoration  de 50 ans après ces massacres. Les propos du président de ce parti avaient été récemment tenus par le président du sénat.

Dans cette conférence de presse, le président du parti Sahwanya frodebu a demandé à la commission vérité et réconciliation d’accélérer ses enquêtes sur les évènements de 1972 pour qu’ils soient qualifiés de génocide commis contre les Hutu. Les propos de Pierre Claver Nahimana ressemblent étrangement à ceux récemment tenus par le président du Senat dans des conférences qu’il a organisé a l’intention des organisations proches du pouvoir du Cndd- Fdd. « La position du parti Sahwanya Frodebu sur les événements de 1972  demeurent inchangé depuis 1992. Il s’agit d’un génocide  des bahutu du Burundi commis par le pouvoir politico-militaire dirigé par le colonel Michel Micombero à l’époque des faits. Ce pouvoir est également responsable d’autres crimes contre l’humanité des batutsi et d’autres Barundi par confusion ou étiquetées monarchistes qui ont été victimes au cours de la tragédie nationale de 1972 », a déclaré Pierre Claver Nahimana.

A la question de savoir pourquoi le Frodebu  a soulevé cette question aujourd’hui alors qu’il a même été à la tête du pays, Pierre Claver Nahimana s’explique en disant qu’ils se sont précipités à accomplir d’autres tâches vu qu’il s’agissait d’une période de transition. « Le parti Frodebu, effectivement à l’époque, dans le cadre de la mise en application des dispositions de l’Accord d’Arusha a pu diriger le pays pendant deux ans. En tant que gouvernement de transition, il lui était très  impossible de mettre en place toute les dispositions qui étaient dans l’Accord d’Arusha », a tenté une explication Pierre Claver Nahimana.

Les mêmes propos ont également été tenus par le président de la commission vérité et réconciliation. Des sources disent même que cette commission travaille d’arrache-pied pour en arriver très prochainement à qualifier de génocide ces massacres de 1972.

L’intolérance politique reste de mise en zone Buhayira de la commune Murwi.

Les militants du parti CNL en commune Murwi de la province Cibitoke dénoncent l’intolérance politique de plus en plus affichée. Depuis le début de cette année, 4 drapeaux de ce parti ont été volés sur différentes collines de cette commune Murwi.  Le dernier a été volé la semaine dernière en pleine journée  par des imbonerakure en compagnie du chef de colline Rugano de la zone Buhayira. Les membres de ce parti d’Agathon Rwasa regrettent  l’inaction de l’administration.

Les membres de parti CNL  de la colline Rugano en zone   Buhayira indiquent que leur drapeau a été volé par  un imboneakure du nom de Georges Ndayisenga et le chef collinaire.   Ce jour-là, ils ont essayé  de les attraper  mais en vain. Notre source à Buhayira fait savoir qu’  ils  ont par après porté  plainte auprès du responsable de la police et le chef de zone.  Mais jusqu’ à présent, le drapeau volé  n’a pas encore été remis alors que ceux qui l’ont volé sont connus. « Ils sont accusés  par  ceux qui les ont vus : le chef collinaire et les imbonerakure. Le chef de zone et le responsable de la police se sont rendus sur le lieu. Le chef de zone a convoqué ce chef collinaire et ces imbonarakure    qui ont volé ce drapeau. Mais,  personne n’est  venu. Nous estimons que c’est une façon de nous montrer  qu’ils essaient de les  poursuivre.  Mais apparemment, il n’y a pas de volonté  de les exiger à remettre ce drapeau »

Les membres du parti CNL en zone  Buhayira indiquent que depuis le début de cette année trois autres  drapeaux de   leurs parti ont été déjà volés par des imbonerakure sur les collines Remera, Rugazi et Buhayira.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 216 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech