La santé des citoyens hypothéquée pour des raisons de sécurité

La structure sanitaire de Nyarumanga située en commune Matongo de la province Kayanza n’accepte plus de patient à partir de 15 heures. Une mesure qui aurait été prise par les administratifs de la commune Matongo pour raison de sécurité après l’attaque des groupes armés sur ce centre de santé.

Nyarumanga est l’une des collines de la province Kayanza proche de la forêt de la Kibira. Dans cette localité, les autorités administratives ont instauré un couvre-feu à partir de 16 heures suite aux attaques y perpétrées par des rebelles ces derniers jours. Pour respecter cette décision administrative, au centre de santé de Nyarumanga, aucune activité n’est exercée à partir de 15 heures. Ce qui n’a pas plu aux habitants de la localité qui font recours aux services dudit établissement sanitaire.

Ceux qui se sont entretenus avec la RPA s’insurgent contre cette mesure, surtout qu’il n’y a aucun autre centre de santé dans les environs. ‘’ Cette décision des autorités dépasse notre entendement. Vous savez qu’une personne peut tomber malade n’importe quand, d’où on a constamment besoin des services des agents de la santé. C’est dommage de devoir attendre la levée du jour pour avoir accès aux soins.’’ Regrette un des habitants de la place.

Les habitants de cette commune indiquent que, en plus de leur livrer un bon service, ce centre de santé leur est également très bénéfique car très proche de leurs habitations. Ici, ils font savoir que cette situation va principalement affecter les femmes enceintes. ‘’ Pour le moment, les femmes accouchent à la maison. Cela nous inquiète beaucoup surtout que, durant le travail, des complications peuvent survenir. ‘’

Les habitants de cette commune demandent aux administratifs de lever cette mesure prise depuis deux semaines.

Contacté à propos, le Colonel Rémy Cishahayo, gouverneur de la province Kayanza, a indiqué qu’il n’était pas au courant de ce nouvel horaire de travail du centre de santé Nyarumanga et a promis de s’informer.