Le Covid-19 continue à faire des victimes au Burundi par négligence

Enregistrement du jour au lendemain des cas de décès des patients présentant des symptômes du coronavirus. Des patients qui finissent par succomber malgré leurs demandes d’être testés, des demandes qui demeurent sans suite.

Un infirmier prestant au centre de santé de Cankuzo est décédé ce dimanche à l’hôpital Roi Khaled situé dans la municipalité de Bujumbura. Il occupait la Chambre 501 et avait été évacué jeudi dernier.

Les informations fournies par certains travailleurs de cet hôpital révèlent que la victime avait des problèmes de respiration. Les mêmes travailleurs pensent qu’elle aurait été emportée par le coronavirus. Pour le moment, la population de Cankuzo vit dans une peur panique car elle croit que le virus s’est déjà propagé dans leur commune. Cet infirmier s’ajoute à deux personnes qui sont mortes la semaine dernière dans les mêmes circonstances. La première est décédée mercredi à l’hôpital prince Régent Charles et la seconde est morte ce vendredi à la maison médicale sise à la 5ème avenue en zone Buyenzi.

Les informations en provenance de la maison médicale de Buyenzi indiquent qu’au moins 30 personnes qui présentent les symptômes du coronavirus y sont alitées. Ces personnes auraient même demandé d’être testées, mais leur demande n’a pas été satisfaite.

Les travailleurs de différents hôpitaux affirment qu’il y a des gens ayant des problèmes respiratoires qui fréquentent leurs établissements sanitaires mais qui, malheureusement, n’ont été pas reçus. Les informations en provenance de l’hôpital Roi Khaled font savoir que cet établissement sanitaire alite des patients qui auraient contracté le coronavirus. Des patients qui ne bénéficient que des antibiotiques, des vitamines et des anticoagulants, un traitement administré sans un quelconque test pour confirmer leur contamination au virus corona.

Les hôpitaux BUMEREC et KIRA de la mairie de Bujumbura ont aussi déjà enregistré des décès des patients à symptômes du coronavirus. Certains parmi eux avaient alerté et ont subi le test mais n’ont jamais eu de résultats. D’autres ont alerté le ministère de la santé, le seul habilité à autoriser ces tests dans tout le pays, mais il n’a pas dépêché une équipe médicale pour cette fin. Il y en a enfin d’autres qui, ayant constaté des symptômes de coronavirus, préfèrent faire recours à l’automédication chez eux.

Nous avons tenté de joindre les Docteurs Thaddée Ndikumana et Jean Bosco Girukwishaka, respectivement ministre de la santé et de la lutte contre le Sida et porte-parole dudit ministère, mais leurs téléphones sonnaient sans que personne ne décroche.