Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les directeurs des écoles à régime d’internat redoutent la prochaine rentrée scolaire car croulante encore sous les dettes de celle écoulée

La quasi-totalité des écoles à régime d’internat à travers le pays doivent des arriérés de paiement des denrées alimentaires à leurs fournisseurs pour l’année scolaire 2021-2022. C’est une situation due en grande partie à  la  flambée progressive et spectaculaire des prix des denrées alimentaires. Les directeurs des écoles demandent la revue à la hausse des subsides ou alors que  le gouvernement se charge lui-même de les approvisionner en denrées alimentaires.

 

La somme d’argent dont les écoles à régime d’internat doivent à leurs fournisseurs varie d’une école à une autre. Plus un établissement a un grand nombre d’élèves, plus il se retrouve avec une  dette élevée  envers  les fournisseurs. La province dans laquelle se trouve l’école est un autre facteur  qui contribue dans la variation de ces dettes car les prix des denrées alimentaires peuvent varier selon les localités.

Certains directeurs qui se sont confiés à la rédaction de la RPA affirment qu’ils doivent plus de 7 millions BIF à leurs fournisseurs, d’autres 8 millions BIF. Selon nos sources, certaines écoles ont une dette qui va même au-delà de 30 millions BIF à leurs fournisseurs.

Aujourd’hui, par exemple dans presque toutes les provinces du pays, un kg de riz coûte entre  2700  et 3400 francs burundais selon la qualité alors que l’année scolaire dernière, le même  kg de riz coûtait  entre  1500 et 2500 francs. D’autres denrées ont également vu leurs prix sensiblement augmentés. C’est notamment la farine de manioc qui est passé de 800 à 1 500 francs le kg ainsi que le haricot qui est passé de 2 000 à 1 500 francs burundais le kg. ‘’Et ces prix pourront augmenter d’ici la prochaine rentrée scolaire‘’ Craignent certains directeurs des écoles à régime d’internat qui se sont entretenus avec la RPA.

Ces directeurs d’établissement scolaires ajoutent aussi que la persistance du manque de carburant est venue aggraver la situation. Ils proposent ainsi la hausse des subsides chaque fois que les prix des denrées alimentaires flambent sur le marché. Au cas contraire, ils proposent que le gouvernement se charge lui-même de l’achat et de la distribution des denrées alimentaires à ces écoles. Et pour  pouvoir s’acquitter de leurs dettes envers les fournisseurs, les directeurs de ces écoles demandent l’intervention du gouvernement.

La rédaction de la RPA a tenté de joindre  François Havyarimana, ministre de l’Education Nationale, sans y parvenir. Il était injoignable sur son téléphone portable alors que le téléphone de son bureau sonnait sans que personne ne décroche.

Pour rappel, une telle situation s’est observée dans les écoles à régime d’internat avant l’année scolaire 2017-2018. Il a fallu l’intervention du gouvernement  pour que les directeurs puissent s’en sortir.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 606 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech