Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le personnel du CHUK prône le dialogue face au forcing de la direction de l’hôpital pour contrôler le fond des travailleurs.

Le personnel de l’hôpital  Roi Khaled  demande  à la direction  générale de cette institution de procéder  par la voie du dialogue pour  la mise en place de nouveaux organes dirigeants du fonds des travailleurs au lieu d’user de la force. Par ailleurs,  une durée  de deux semaines a été accordée aux membres du comité sortant  pour la remise et reprise  et  qu’au cas contraire ils seront  traduits devant  la justice.

La note qui convoque la réunion de l’assemblée générale des membres du fond de mutualité et de pension des travailleurs du centre hospitalo-universitaire  de Kamenge est sortie le vendredi 3 juin. Cette réunion a été   convoquée par Léonidas NDAYISENGA qui a signé au nom du président du comité  directeur dudit fond. 

Comme prévu, ladite réunion a eu lieu avec une faible participation ce mardi dans les enceintes du bâtiment du restaurant du personnel du CHUK. Elle était supervisée par un certain Eric MANIRAKIZA, conseiller juridique et chargé du contentieux. L’analyse de la situation actuelle du fond  et les projets d’avenir étaient à l’ordre du jour. Ce témoin avait répondu présent à cette réunion. « Ces gens  ont essayé d’expliquer que ce sont  eux  responsables  actuels  du fond et qu’ils vont même  adresser une  correspondance au comité sortant pour qu’il remette les statuts  du fond. Ils ont également signifié que le procès-verbal  de la réunion sera  transmis au directeur  général de l’hôpital  avec copies  au ministre de tutelle et à la banque dans laquelle  domicilié le compte du fond. Tout  ça,  c’est pour avoir accès  aux comptes car  à l’heure  actuelle  aucun membre des comités sortant ou entrant n’a ce droit ».

Les travailleurs de l’hôpital Roi Khaled  sont également être étonnés par le fait qu’une réunion soit convoquée et tenue par un comité qu’ils qualifient d’illégal dans la mesure où il n’y a pas encore eu de remise et reprise. Ils demandent alors  au directeur général de cet hôpital de procéder par la voie du dialogue  pour  la mise en place de nouveaux organes dirigeants du fond  au lieu d’user de la force. « Nous y voyons toujours  des irrégularités  car ceux qui se disent  être les membres dirigeants du fond ne sont régis  par aucune loi sauf qu’ils seraient soutenus  par le directeur. Cela va à l’encontre  des statuts du fond. Nous demandons que cela  s’arrête et que les comités sortant et entrant de même que le directeur s’asseyent  ensemble  pour le dialogue et organiser  des élections  transparentes  comme nous l’avons  toujours sollicité. Surtout, nous demandons au directeur de ne pas s’immiscer dans la gestion du fond », a martelé un des travailleurs de l’hôpital.        

Une durée  de deux semaines a été accordée au comité sortant dirigé par Madame Alice NDUWIMANA  pour procéder à  la remise et reprise  et  qu’au cas contraire il sera traduit en justice, selon les participants à cette réunion.

A ce propos, la rédaction de la RPA a tenté de joindre encore une fois Stanislas HARAKANDI, directeur général  de l’hôpital Roi Khaled mais sans succès.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 403 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech