Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les parents d’élèves des écoles de la commune Kabarore s’insurgent contre la mesure du directeur communal de l’enseignement

Grognes de certains parents d’élèves des écoles de la commune Kabarore  en province Kayanza suite à une somme de 1200francs exigée  à chaque élève et par trimestre destinée au paiement des enseignants bénévoles. Selon ces parents,  cette somme est jugée exorbitante et les enseignants  bénévoles n’existent pas sur tous les établissements scolaires de la direction communale de l’enseignement  de Kabarore.

Après un mois de la rentrée  scolaire 2021-2022, les parents d’élèves des écoles  primaires et secondaires de la direction communale de l’enseignement de Kabarore en province Kayanza ont été  signifiés que chaque élève  doit payer une somme de 1200 francs  par trimestre destinée  au paiement d’une prime des enseignants bénévoles.

Ce parent de la zone Jene  parmi les trois zones de la commune Kabarore  disent ne pas comprendre  la signification de ce montant. «Cet argent  est exigé  par les responsables de l’éducation en commune Kabarore et ils disent que c’est pour le paiement des primes des enseignants qui aident dans la dispense des cours  dans toute la commune. Mais, cette somme est inquiétante  si l’on tient compte des 40 écoles primaires et secondaires qui sont en commune Kabarore.  Comme chaque établissement scolaire  compte au moins 200 élèves et que chacun doit payer 1200francs  par trimestre, cela signifie que  cette somme  est de 3600 francs par élève et par an », se lamente un parent.   

Un enseignant  bénévole de l’école fondamentale reçoit  une  prime de 50 milles francs par mois tandis celui de l’enseignement post-fondamental  reçoit 80 milles francs de prime par mois. A part que la somme payée  par ces parents est jugée  exorbitante, même ces enseignants bénévoles n’existent pas sur tous les établissements. «Chaque école  qu’elle compte des enseignants  bénévoles  ou pas, les élèves sont obligés de payer cette somme. Par exemple moi, j’ai trois enfants qui étudient à l’école fondamentale Jene 1, on me demande de donner 3600 francs par trimestre. C’est beaucoup  d’argent alors que nous sommes dans la  pauvreté. Et d’ailleurs,  toutes les écoles ne comptent pas des bénévoles. A titre d’exemple, il n’y a plus d’enseignants bénévoles  dans notre zone Jene que ceux que compte  la zone Rugazi », a- t- il précisé.     

Au moment où des réunions qui exigent le paiement  de cet argent ont été tenues par les directeurs d’écoles  depuis de début du mois  d’octobre dernier et qu’il n’y a  pas eu de consentement, les parents demandent  que cette mesure soit levée. « Selon les informations qui  nous parviennent, cette mesure a été prise par le directeur  communal de l’enseignement sous la complicité  de l’administrateur communal. Ce n’était  pas des réunions. C’était plutôt un ordre qu’ils voulaient donner pour le paiement de ce montant et  il n’y a pas eu de consensus. Nous  vous demandons de plaider pour que cette question de nous exiger de l’argent  soit vidée  car nous en sommes vraiment fatigués», insiste- t- il.     

La rédaction de la RPA n’a pas pu joindre  le directeur communal de l’enseignement en commune Kabarore  pour donner des éclaircissements et encore moins Berchmans NSAGUYE, administrateur de  la commune Kabarore.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 118 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech