Les militaires Burundais de l’AMISOM ne décolèrent pas suite au retard de paiement de leurs indemnités.

septembre 22, 2015 0 2452
Rate this item
(0 votes)

Les militaires burundais en mission de maintien de la paix en Somalie sont dans une désolation totale ainsi que leurs familles. Cela est dû au retard prolongé du paiement de leurs salaires et sans justification convaincante de la hiérarchie selon ces militaires.

Huit mois vont bientôt s’écouler sans que les militaires affectés à l’AMISOM ne reçoivent des messages de mouvements sur leurs comptes respectifs. Il s’agit particulièrement des militaires des 28ème, 29ème, 30ème et 31ème bataillons qui sont les plus malheureux. A ceux-là s’ajoutent les militaires des 26ème et 27ème bataillons relevés au mois de mai qui n’ont toujours pas reçus leurs indemnités équivalent à quatre mois ; de même que les 32ème et 33ème bataillons qui les ont relevés en Somalie. Les projets qu’ils avaient planifiés pour leurs familles sont au point mort, regrettent-ils.

 

Face à cette frustration généralisée du côté des militaires Burundais, le Commandant du contingent, le Colonel Venant Bikorimana, a organisé une causerie morale pour la troupe burundaise pour essayer de leur expliquer ce retard de paiement, nous rapportent plusieurs sources militaires. Dans cette rencontre qui a eu lieu le 12 septembre à la Military Academy qui abrite le 2ème contingent, il a parlé « d’une erreur de transfert de l’argent vers le compte de l’Etat-Major de l’armée au lieu du compte du Ministère de la Défense Nationale et des anciens combattants ». Justification qui n’a pas plu aux militaires présents à la rencontre.

 

Un messager porteur de mauvaises nouvelles

 

D’après toujours nos sources, la semaine passée le contingent burundais a reçu la visite d’un haut gradé de l’armée en provenance de Bujumbura. Il s’agit du Général de Brigade Ndayishimiye chef d’état-major interarmées. Il apportait au contingent Burundais un message de l’Etat-major de l’armée. Nos sources nous indiquent que ce message était fait de 2 points : premièrement leur dire qu’une partie de leurs arriérés leur seront versés dans un avenir proche sans préciser de date ; deuxièmement, le Général de Brigade Ndayishimiye leur a donné un message du Gouvernement selon lequel le pouvoir NKurunziza compte augmenter ses perceptions par tête et par mois pour les militaires en mission de maintien de la paix en Somalie. Selon ce message, les perceptions du Gouvernement passeraient de 200 dollars à 400 dollars par tête et par mois.

 

Les militaires n’ont pas mâché les mots en démonstration de leurs désagréments. Des sources bien informées parlent d’une gestion opaque et mystérieuse des prélèvements des fonds de l’AMISOM depuis le début de la participation du Burundi à cette mission. Inquiétude accentuée par le fait que les militaires Ougandais et Kenyans qui participent également à l’AMISOM reçoivent régulièrement leurs indemnités.

 

Le Burundi dispose d’à peu près 6000 militaires en mission de maintien de la paix en Somalie. L’Etat retient 200USD (environ 400000FBU) sur le salaire de chaque militaire et par mois, officiellement pour l’entretien des troupes mais dont la gestion reste floue et serait directement gérés par la Présidence de la République. C’est le cas de l’ « achat » d’un nouveau jet présidentiel pour 11 millions de dollars américains qui ont été retirés de ces fonds de l’AMISOM, lequel avion n’a jamais atterri à Bujumbura malgré les promesses incessantes des autorités de l’arrivée de cet avion dans la capitale burundaise.

 

L’Union Africaine a prolongé jusqu’à fin décembre 2016 la mission de maintien de la paix en Somalie AMISOM.

 

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.