L’Union Africaine parle du Burundi et Bujumbura décide de boycotter le Sommet

juillet 18, 2016 0 2210
Rate this item
(0 votes)

Alors que le 27ème Sommet de l’Union Africaine s’est ouvert ce dimanche à Kigali, Bujumbura a décidé de rapatrier sa délégation dès vendredi alors que les Chefs d’Etats n’étaient pas encore arrivés dans la capitale Rwandaise. Outre le Soudans du Sud à l’ordre du jour, la situation au Burundi devait aussi être analysée par les Chefs d’Etats africains avec notamment la présence du médiateur dans la crise Benjamin Mkapa qui doit présenter la feuille de route issue des pourparlers d’Arusha.

 

Benjamin Mkapa devrait présenter au cours de ce 2èème Sommet de l’Union Africaine la feuille de route ou du moins les conclusions des différentes consultations menées au terme du second round des pourparlers d’Arusha. Bien que ce second tour des pourparlers ait été émaillé de remous que beaucoup ont qualifié d’échec, le médiateur Benjamin Mkapa s’est tout de même rendu à Kigali pour faire le point avec les Chefs d’Etats et de gouvernements présents.

 

Pour l’ancien Président Sylvestre Ntibantunganya, il ne doute pas que le facilitateur relèvera les éléments prouvant la volonté du gouvernement de Bujumbura de faire capoter ces pourparlers. « On a vu que la partie gouvernementale ne voulait pas du tout voir certains participants notamment le CNARED ou d’autres intervenants de la société civile du mouvement ‘’Halte au 3ème mandat’’.  Le facilitateur a recueilli certainement des éléments qui vont lui servir de base dans le rapport qu’il va présenter aux Chefs d’Etats d’abord de la Communauté Est-africaine qui participent au Sommet de l’Union Africaine mais peut-être aussi au Sommet en tant que tel », déclare le Sénateur Ntibantunganya. 

 

L’ancien Président de la République se veut confiant et pense que les Burundais peuvent espérer que les Chefs d’Etats prennent des mesures pour sauver les négociations. « Les consultations auront aidées les uns et les autres à voir où se trouve le problème. Aujourd’hui, le facilitateur a constaté ces problèmes et va faire rapport à qui de droit. J’ose espérer que les leaders africains prendront les mesures les plus appropriées pour aider les Burundais à faire face à cette crise », poursuit Sylvestre Ntibantunganya.

 

Bujumbura quitte le Sommet avant même son ouverture

 

Avant même que le médiateur Mkapa ait pu aborder la question du Burundi, la délégation ministérielle envoyée par Bujumbura a plié bagages après la lecture de l’agenda du Sommet de l’UA. Car le Burundi était bien à l’ordre du jour de ce 27ème Sommet.

 

Selon le président du parti FNL, les autorités burundaises ont décidé de boycotter ce Sommet pour échapper aux décisions qu’il juge « défavorables » au pays et au peuple burundais. « Peut-être que les autorités sont au courant qu’il y aura des décisions non favorables au peuple burundais qui peuvent être prises au cours du Sommet. Toutes les décisions prises à leur encontre et en leur absence ne les concernent pas », martèle Jacques Bigirimana dont le parti est jugé proche du pouvoir.

 

Pour l’ancien président Ntibantunganya, c’est incompréhensible de quitter une réunion de ce genre où le gouvernement de Bujumbura avait au contraire l’occasion de défendre ses positions. « Quand on a une occasion de ce genre de défendre votre position, je pense que la meilleure façon c’est de prendre cette occasion surtout. J’ai de sérieuses interrogations sur les raisons profondes qui ont poussé la partie gouvernementale du Burundi à boycotter ce Sommet », précise-t-il.

 

Le nouveau vice-président du parti Frodebu, Léonce Ngendakumana, estime pour sa part que « ce comportement solitaire des autorités burundaises va renforcer la méfiance de la communauté internationale envers le Burundi ».

 

Le gouvernement n’a jusque-là fait aucune déclaration sur les raisons de son retrait du Sommet de l’UA qui se clôture ce lundi à Kigali.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.