Moins de 24 heures après, un prisonnier politique gracié est porté disparu

Les bénéficaires de la grâce présidentielle mise en application depuis ce lundi commencent  à etre systématiquement portés disparus. Le cas jusqu’à présent répertorié par  la RPA est celui d’un certain Alexis Nsabimana.

La dernière fois qu’Alexis Nsabimana a été joignable, c’était ce lundi 26 avril à 13h pile. A ce moment-là, il s’entretenait avec un  de ses  amis qui comptait aller l’accueillir dès la sortie de  prison. Mais, selon notre source, dix minutes avant, Alexis avait reçu un autre coup de téléphone de sa fiancée. Cette dernière désirait également aller l’accueillir. De son côté, Alexis savourait déjà sa liberté et attendait impatiemment un véhicule de l’administrateur de la  commune Mukaza qui, avait-il été informé,  devrait déplacer les personnes qui venaient d’être libérés et qui prenaient la direction Ruziba en zone Kanyosha. Mais il ignorait qu’un plan de l’enlever avait déjà été concocté. Peu après 13h,  les  deux lignes qu’utilisaient Alexis ont été  éteintes. Quant aux membres de sa  famille, ils l’ont vainement attendu à Ruziba.  Tard dans la soirée, ils sont rentrés avec l’espoir qu’Alexis allait finir par se pointer à la maison où tout le monde l’attendait pour fêter sa libération. Mais l’attente fut longue et  tout le monde commençait à s’inquiéter. Selon une source proche de sa famille, ils ont demandé de l’aide auprès d’un officier de la documentation, mais  ce dernier  les a juste conseiller de prendre leur mal en patience.

Ingénieur de formation, Alexis Nsabimana est natif de la colline Nyamaboko, zone Kiyenzi de la commune Kanyosha, en Mairie de Bujumbura. Membre du parti FNL d’Agathon Rwasa, Il avait été arrêté en janvier 2016  accusé de détention illégale d’armes à feu. Bien que les jeunes qui l’avaient accusé l’aient par après blanchie lors du  procès, Alexis avait fini par écoper de 6 ans de prison.