Les réfugiés burundais de Lusenda maltraités par les militaires congolais

Les réfugiés burundais du camp de Lusenda en République Démocratique du Congo s’insurgent contre les travaux forcés et les actes de violation des droits humains qu’ils subissent de la part des militaires congolais qui sécurisent ledit camp. Ces réfugiés sont obligés par les militaires de la FARDC de transporter des sacs de vivres et des bidons d’eau lorsqu’ils les croisent en dehors du camp.

Ces réfugiés burundais du camp de Lusenda situé à l’Est de la République Démocratique du Congo indiquent que lorsqu’ils sortent du camp pour aller travailler dans les champs, ils sont arrêtés par des militaires congolais et ces derniers les obligent à transporter leurs sacs de vivres, des bidons d’eau et du bois de chauffage. Ceux qui refusent d’obtempérer à cet ordre sont tabassés. ‘’ Des hommes, des femmes et des jeunes filles qui ont la malchance de croiser ces militaires en cours de route sont intimés l’ordre de transporter différents sacs et bidons jusqu’à la position de ces militaires. Celui qui refuse d’exécuter cet ordre est sérieusement battu. On est aussi obligé de laisser sur place tout ce qu’on a et il y a beaucoup de risque qu’on soit victime de vol.’’ Indique un de ces réfugiés.

Pour aller jusqu’à la position de ces militaires, ces réfugiés doivent parcourir pas moins de 20 km. Certains d’entre eux sont gardés là-bas par ces militaires pendant quelques jours pour être utilisés dans divers travaux. Concernant l’approvisionnement en eau potable, ces militaires auraient juré de continuer à utiliser ces réfugiés tant que le gouvernement de la RDC et le HCR n’ont pas encore construit des robinets d’eau potable tout près de leur position. Un acte que ces réfugiés qualifient de violation des droits humains. Ils font savoir qu’ils sortent du camp pour chercher de quoi mettre sous la dent étant donné qu’ils n’ont été rationnés que 3 fois seulement depuis le début de cette année. A ce propos, la rédaction de la RPA n’est pas parvenue à joindre les responsables du camp de Lusenda ainsi que les représentants du HCR en RDC.