Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La pénurie du carburant explose les prix de transport à Gitega.

La flambée des prix de transport est l’une des conséquences de la pénurie du carburant depuis plus de deux semaines dans la province de Gitega. Les habitants de cette province demandent au gouvernement de trouver une solution à ce problème.

Se déplacer devient de plus en plus trop cher pour les habitants de Gitega que ce soit pour ceux qui se rendent d’une commune à une autre ou ceux qui vont dans d’autres provinces. Selon un des habitants de la place qui s’est entretenu avec la RPA, depuis qu’il s’observe une pénurie de carburant, le prix de transport par moto est passé du simple au double en seulement deux semaines. « Sur une distance ou le prix d’une moto était de 500 francs, actuellement il est 1000 francs. Et là où le prix était de 1000 francs, il est de 2000 francs. Durant la nuit quand les motos sont interdites, le prix est fixé à 4000 francs  alors qu’il était de 2000 francs.  L’autre difficulté se remarque quand tu veux te rendre en Mairie de Bujumbura par exemple. Pour ce déplacement, seules les agences de transport font régulièrement des aller- retour  pour Gitega-Bujumbura. Le problème est qu’il est souvent difficile d’obtenir une place en temps voulu comme c’était avant car les voyageurs sont nombreux. Tu dois acheter un ticket le matin pour voyager à  la tombée de la nuit. Et si tu désires voyager le lendemain, tu achètes un ticket la veille après-midi », a indiqué cet habitant.

Certains habitants de Gitega révèlent que pour ceux qui veulent se rendre sur Bujumbura mais qui ne parviennent pas à obtenir des places au sein des agences de voyage, ils font recours aux véhicules de type Hiace et Probox. Mais ces derniers ont, eux aussi, revu à la hausse les prix du transport.

A titre illustratif, le ticket est passé de 5000 à 7000 ou 8000 francs burundais pour le déplacement en Hiace. Pour ce qui est du Probox, poursuivent nos sources, les chauffeurs font payer soit 9000 ou 10000 francs voire plus et ce pour un déplacement vers Bujumbura qui ne coûtait que 7 000 francs burundais.

Ainsi, les habitants de la capitale politique du Burundi demandent avec insistance au gouvernement de résoudre cette problématique de pénurie du carburant qui risque de se répercuté aussi sur les denrées de première nécessité surtout qu’ils ont déjà du mal à joindre les deux bouts du mois.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 205 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech