Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Controverse dans la gestion des morgues : le gouvernement se saisit de la question

Les directeurs des hôpitaux sont pliés de lever l’équivoque autour de la  gestion des morgues. Une mesure prise dans une réunion de ce lundi 22 février entre les ministres de la santé publique, celui de l’éducation nationale et les directeurs de certains hôpitaux. Cela intervient après qu’il s’est avéré que ce service est octroyé uniquement aux familles qui acceptent de collaborer avec une seule maison de pompe funèbre désignée par ces gestionnaires de morgue.

L’audio d’un citoyen remplie de lamentations qui a circulé sur les réseaux sociaux a éveillé les consciences des ministres de la santé publique et de l’éducation.

Dans cette audio, ce citoyen évoquait le calvaire de trouver une place dans les morgues des hôpitaux Roi Khaled, Hôpital Militaire et Prince Régent Charles pour un membre de sa famille qu’il venait de perdre. Dans tous ces hôpitaux, les gestionnaires des morgues lui donnaient un numéro de téléphone d’une personne à contacter qui détient une maison de pompe funèbre appelée Fleurs Naturelles.

Selon ce citoyen, pour bénéficier d’une place dans la morgue, le responsable de cette pompe funèbre exigeait de payer d’abord chez lui les frais pour la tombe, le cercueil et la sonorisation.

Cela a poussé les ministres de la santé et de l’éducation à convoquer une réunion d’urgence avec les responsables de certains hôpitaux qui ont des morgues et les différents services techniques concernés. Le constat fut que les travailleurs de ces morgues collaboraient avec les responsables de la maison de pompe funèbres Fleurs Naturelles. Des sanctions administratives furent alors prises à l’encontre des travailleurs affectés à ces morgues avant de les mettre à la disposition de la police judiciaire pour des enquêtes approfondies. Mais curieusement, la responsabilité du nommé Etienne Ntakarutimana qui gère la maison de pompe funèbres ‘’Fleurs Naturelles’’ n’apparait nulle part.

Les deux ministres ont par la suite demandé à la mairie de Bujumbura de mettre en place une morgue publique pour la gestion des décès à domiciles et les accidentés de la voie publique étant donné que les morgues des hôpitaux sont réservées aux malades qui décèdent dans les structures sanitaires.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 241 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech