Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les habitants de Muyira victimes de la corruption de leurs administratifs

Le chef de zone Muyira accusé par les habitants de cette localité de leur exiger des pots de vin avant de tamponner leurs cahiers de ménage. Ce qui fait qu’ils se font toujours arrêter par la police lors des fouilles perquisition. Cette population demande que cette injustice prenne fin.

Le montant exigé par cet administratif pour apposer sa signature et le sceau de la zone dans les cahiers de ménage est de 10.000 francs burundais. Mais, indiquent les habitants de la colline Kavumu, zone Muyira, certains d’entre eux se retrouvent dans l’illégalité faute de pouvoir se procurer toute cette somme qui n’est pas à la portée de tout le monde.

Par conséquent, ils se font chaque fois arrêtés par la police lors des fouilles-perquisitions. A titre illustratif, ils donnent l’exemple de 15 personnes de la colline Kavumu arrêtées aujourd’hui par la police. Une partie était constituée de gens qui n’étaient pas enregistrés dans les cahiers de ménage. La deuxième catégorie était constituée de personnes dont les cahiers n’étaient ni cachetés ni signés par le chef de zone Muyira en la personne de Gédéon Mpitabavuma. Tout ce monde a alors été acheminé au cachot la zone Muyira. Ce qui a révolté cette population, surtout que le chef de poste de police Muyira, le Major Melchisédech, est aussi impliqué dans cette corruption.

Les habitants de la zone Muyira dénoncent également le fait que les Imbonerakure sont utilisés comme indices pour cibler les ménages à fouiller. Il s’agit entre autres des nommés Michel Songoro, François Muhoza, Désiré Burarame et Gilbert Nahimana, révèle toujours notre source. Et ces habitants de regretter le fait que, malgré qu’ils aient dénoncé cette pratique à maintes reprises, le commissaire provincial de police n’a jamais donné suite à leurs doléances.

Contacté à propos, Gédéon Mpitabavuma chef de zone Muyira, est resté injoignable. Nous avons également contacté Géneviève Ntahomvukiye, administrateur de la commune Kanyosha et cette dernière nous a raccroché au nez après une brève présentation.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 150 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech