Ngozi : Le ministère de l’intérieur reproche aux percepteurs de détourner les recettes fiscales dans les marchés

juin 10, 2016 0 1694
Rate this item
(0 votes)

Les percepteurs de taxes dans les marchés à Ngozi sont accusés de détourner l’argent collecté. Ce reproche est basé sur le déficit fiscal enregistré dans les services de recouvrement des communes Ngozi et Gashikanwa en dépit des deux marchés qui y sont présents. Il s’agit en fait du marché de bétail de Vyegwa en commune de Gashikanwa et du marché central de Ngozi.

 

Ce mercredi, le ministre de l’intérieur Pascal Barandagiye, en collaboration avec les autorités provinciales de Ngozi, ont mené une campagne appelée « journée témoin » dédiée aux recettes, comme nous l’ont indiqué les responsables administratifs dans la province de Ngozi.

 

« Au marché de Vyegwa, avant le calcul définitif, l’on avait déjà perçu 1.920.700 francs burundais de taxes. Une somme qui n’a jamais été atteinte dans le marché de Vyegwa » a déclaré le ministre Barandagiye.

 

Les sources anonymes audit marché pointent du doigt certains percepteurs et administratifs de se partager l’argent perçu sur les taxes pour d’autres fins. Ce qui explique ce déficit au niveau du service de recouvrement qui, de son côté, affirme percevoir « moins d’un million de francs de taxes chaque mercredi ».

 

Pascal Barandagiye juge pourtant cette somme très « maigre » au vu de ce que les usagers de ce marché lui ont rapporté : « aujourd’hui, le bétail n’était pas venu comme à l’accoutumé et le marché n’était pas au bon fixe. Il aurait perçu plus de 2 millions en temps normal » estime le ministre.

 

Engager de nouveaux percepteurs

 

Au marché de Ngozi, privatisé très récemment pour des raisons sociopolitiques qui ont conduit à la mauvaise gestion de ce marché, le ministre préfère se défaire des percepteurs. « A défaut de résilier le contrat, les responsables communaux, provinciaux et les comptables doivent eux-mêmes participer dans la perception des taxes » a-t-il recommandé.

 

Il regrette toutefois le fait que la ‘’Sogemango’’, l’association qui contrôle ledit marché, ne verse que 9.000.000 de francs burundais par mois à la commune alors que d’après le constat qui a été fait ce mercredi, les taxes perçues sont de plus de 1.900.000 franc burundais par jour.

 

Pascal Barandagiye demande aux autorités administratives d’organiser des réunions à l’endroit des percepteurs d’impôts et taxes pour qu’ils se ressaisissent et reversent l’argent perçu des taxes en bonne et due forme. « Sinon, tout percepteur qui ne va pas changer d’attitude sera renvoyé » a menacé le ministre de l’intérieur tout en recommandant aux autorités communales de Ngozi de résilier le contrat avec cette association afin de renflouer les caisses. 

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.