La pénurie de carburant se généralise à Bujumbura et dans les principaux centres urbains du pays

août 24, 2016 0 2001
Rate this item
(0 votes)
La pénurie de carburant persiste dans la ville de Bujumbura. De nombreuses stations-services n'ont même pas une goutte de carburant, d'autres qui servent encore du carburant voient de longues files d'attente. Le ministère de l'énergie et des mines explique que la pénurie de carburant est due à un weekend prolongé. Une explication qui ne convainc pas puisque la pénurie perdure depuis plusieurs jours. Les centres urbains de différentes provinces ne sont pas épargnés.  
 
Ce mercredi matin, sur l’avenue du large se trouvant au sud de la capitale, que ce soit sur la station proche du terrain dit tempête, à la station ‘Sabemeli’, à la station de service qui est proche du marché de la zone Kinindo ou celle se trouvant tout près des bureaux de l’auditorat militaire, aucune de ces stations n'était pas en train de servir du carburant. 
 
Dans cette même partie du sud de la capitale sur le Boulevard de la Liberté appelé route Rumonge, la station qui se trouve tout près du pont Muha ne sert pas d'essence depuis ce lundi, alors que d’habitude elle parvenait à servir les clients malgré la pénurie.
 
En plein centre ville, la station de service proche de l'hôtel ex-Novotel n'avait aucune goutte de carburant ce mercredi matin.
 
Quelques véhicules étaient stationnés sur place, attendant probablement l’arrivée d’un camion-citerne car cette station continue de servir du carburant malgré les longues files de véhicules. 
 
La station de service proche de la société Brarudi servait du carburant ce mercredi matin malgré les nombreux clients impatients d’être servis.
 
Au nord de la capitale, la station King star de Bwiza n’avait pas de carburant ce mercredi matin. D’habitude, elle fait aussi partie des quelques stations servant du carburant même durant la pénurie. La station dite ‘Top one’ située près du pont Ntahangwa connaissait une très longue file de véhicules ce mercredi matin. Ces derniers jours, seul l’essence était difficile à trouver à Bujumbura ; mais ce matin, les camions, les bus et autres véhucules consommant du mazout étaient nombreux dans les files, débordant même sur la route de la chaussée du Peuple Murundi.
 
Des spéculateurs en profitent et vendent le carburant dans les quartiers à un prix supérieur au prix officiel. Les conducteurs des voitures et motos ne comprennent pas le pourquoi de cette pénurie alors que le gouvernement avait décidé de revoir à la hausse le prix de l’essence lors de la précédente vague de pénurie qui avait frappé tout le pays. Ils craignent que le prix de l’essence ne soit à nouveau revu à la hausse.
 
Le ministère de l'énergie et des mines tente d’expliquer les raisons de cette pénurie. « Elle est due à un weekend prolongé », a déclaré ce mercredi Nolasque Ndayihaye, chargé de ce secteur au sein du ministère.
 
A Ngozi, c’est le mazout qui est introuvable 
 
Même si le ministère explique que le weekend prolongé du 13 au 15 août est à l'origine de cette pénurie de carburant, celle-ci totalise bientôt deux semaines. Elle ne frappe par ailleurs pas que la seule ville de Bujumbura.
 
Les conducteurs des automobiles qui consomment le mazout dans toute la ville de Ngozi indiquent qu’ils n’arrivent pas à trouver ce carburant depuis la fin de la semaine précédente. 
 
Pour ceux qui exercent des métiers nécessitant du gasoil, ils se présentent au service en attendant l’arrivée de carburant.
 
C’est le cas de la société ‘’SOGEA SATOM’’ qui est en train de mettre en place une source d’eau potable qui va alimenter toute la ville de Ngozi dans le but de palier à la pénurie d’eau potable qui se fait toujours observer pendant l’été dans la ville de Ngozi. 
 
« Une grande partie des engins, machines et véhicules utilisés pour cette tâche consomment du ‘’mazout’’. Ce manque de carburant de type ‘’mazout’’ freine le bon déroulement de notre travail », regrettent les conducteurs des camions de cette société.
 
Cependant, toutes les stations-service de la ville de Ngozi font actuellement face à cette pénurie, indiquent certains chauffeurs. Sur un total de cinq stations-services se trouvant dans la ville de Ngozi, seules deux livrent le carburant de type essence. L’une d’elle est la station-service nommée ‘’Engen’’ se trouvant dans la localité de la ‘’Ferme’’. Les pompistes nous ont révélé être en disposition de 15.000 litres d’essence seulement, une quantité jugée « insuffisante » en tenant compte du nombre d’usagers en besoin de ce produit pétrolier. 
 
Le constat est presque le même à la station ‘’Chez Kalfan’’. Les pompistes ne disposent que de 12.000 litres d’essence depuis ce lundi.
 

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.