Kayanza : Gare aux absents lors des travaux communautaires!

février 24, 2016 3159
Rate this item
(0 votes)

Le gouverneur de la province de kayanza exige des amendes aux personnes qui boycottent les travaux communautaires. Il cite notamment ceux qui s’adonnent au sport de masse dans les rues de la ville de kayanza et ceux qui restent assis dans les quartiers  les samedis matin pendant les activités de développement communautaire.

« Cette décision n’épargne pas n’ont plus ceux qui restent dans leurs ménages au moment où les autres sont à pieds d’œuvre dans les activités de développement communautaires » déclaré Anicet NDAYIZEYE, gouverneur de la province de Kayanza.

 

Cette autorité provinciale demande cependant aux responsables administratifs à la base de mettre en place les registres d’enregistrement des personnes qui ne se présentent pas aux travaux communautaires. Il précise que la finalité est de contraindre ces gens à verser les amendes de 2.000 francs chacun pour payer ceux qui auront travaillé à leur place.

 

Mesure critiquée par les activistes de la société civile.

 

Ces derniers jugent cette mesure draconienne parce qu’elle n’émane pas de la législation burundaise. Ils voient en cela une autre stratégie visant à malmener les militants des partis politiques de l’opposition qui prennent les activités communautaires pour un système politique mis en place par le parti présidentiel.

 

Les activistes de la société civile et les militants des partis politiques de l’opposition demandent pourtant à l’Etat de « légiférer une loi sur les travaux communautaires et de bien les organiser ». Ils précisent en outre que ces activités d’intérêts publics sont dans la plupart des fois réalisées par les militants du parti au pouvoir qui en profitent pour faire la propagande. « Ils portent des habits de ce parti politique et entonnent souvent  des slogans de ce même parti politique », ont-ils indiqué tout en signalant que ces activités doivent être menées dans un cadre purement apolitique.

 

Le gouverneur de la province de Kayanza réfute ces accusations et explique que ces travaux communautaires ont été mises sur place uniquement pour le développement et non pour des fins politiques, « d’où la nécessité de chaque citoyen burundais d’y participer ».

 

 

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.