Makamba-Kibago: le chef de colline Mbizi assassiné

mars 17, 2016 0 2275
Rate this item
(0 votes)
Le chef de colline Mbizi de la commune Kibago en province Makamba, Pascal Kazungu a été assassiné ce mardi dans la soirée par des hommes armés non encore identifiés. Le gouverneur de Makamba a eu des mots durs envers la population de cette colline. La population quant à elle dit qu'elle se trouve dans une peur panique, craignant d'être taxée à tort de malfaiteurs.
 
Il était vers 22 heures lorsque des hommes armés ont attaqué le domicile du chef de colline Mbizi. Ces hommes ont tiré à plusieurs reprises, tuant la victime sur le champ. Selon un témoin, « ces hommes armés ont commencé à lui tirer 2 balles dans le dos et il est tombé par terre. Six autres balles lui ont été tirés dans la tête ».
 
La population déclare que l'assassinat du chef de colline Mbizi est lié à la politique, comme cela a été le cas en 2015 pour le chef de zone Kibago. « Il était du parti au pouvoir. La police est intervenue mais ces hommes armés avaient pris fuite » ajoute notre source.
 
Gad Niyukuri, Gouverneur de Makamba, affirme que trois suspects ont été arrêtés. « Parmi ces 3 personnes, une n'habitait quasiment plus dans le secteur et faisait des navettes entre Bujumbura et Makamba. D'autres disent qu'elle se rendait souvent au Rwanda mais c'est à confirmer ».
 
Le Gouverneur dresse un bilan sécuritaire plutôt « positif » dans d'autres communes de la province Makamba sauf la zone Mbizi où « la population se considère supérieure aux autres » : « je dirais que les habitants de cette zone Mbizi pensent être au-dessus de tout le monde. Au mois de septembre, ils ont tiré sur le chef de Zone Kibago » accuse Gad Niyukuri.
 
Selon le gouverneur de Makamba, il compte prendre de nouvelles mesures pour ramener l'ordre et la sécurité à Mbizi.
 
Les habitants de cette Zone craignent d'être accusés à tort d'être des malfaiteurs. Ils se réfèrent au mauvais traitement subi l'année dernière par la police après lassassinat du chef de Zone Kibago, la police qui les accusait d'avoir manifesté contre le troisième mandat du président Nkurunziza.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.