Deux militants de l’UPRONA pro-Nditije incarcérés depuis deux semaines à Cankuzo

mars 29, 2016 0 1596
Rate this item
(0 votes)
Un militant du parti d’opposition UPRONA dirigé par Charles Nditije est emprisonné depuis deux semaines à Cankuzo. Mvuyekure Abdallah ainsi que son ami surnommé Kicwa sont accusés d’avoir insulté des policiers, accusations réfutées par ces deux hommes. Leurs  familles respectives ainsi que la famille politique de Mvuyekure Abdallah dénoncent des arrestations arbitraires avec mobiles politiques.
 
Tout a commencé mercredi le 16 Mars 2016 quand Mvuyekure Abdallah rentrait d’un village où il s’était rendu pour acheter un bœuf à abattre. Ce jour, avec son ami connu sous le sobriquet de ‘’Kicwa’’, ils ont été arrêtés par la police, qui les accusait d’avoir insulté des agents des forces de l’ordre. 
 
La même police les a conduites au cachot à Cankuzo. Une semaine après leur incarcération, les deux hommes ont comparu devant un magistrat du parquet de Cankuzo, mais n’ont pas été relâchés. Lors de cette séance, un évènement a attiré l’attention de ceux qui étaient présents. 
 
Une de nos sources, qui était aussi présente sur les lieux, nous indique que le député Anglebert Ngendabanka du parti au pouvoir CNDD-FDD a mené beaucoup de concertations avec ceux qui instruisaient ce dossier : « Depuis leur incarcération, des gens mal intentionnés leur ont rendu visites pour leur demander de s’accuser mutuellement d’avoir insulté des policiers. Les deux hommes ont refusé de reconnaitre ce qu’ils n’ont pas fait. Alors aujourd’hui, ils ont comparu pour la première fois devant le magistrat instructeur mais le Procureur de la République à Cankuzo a ordonné que les accusés  regagnent le cachot. Nous pensons qu’il a reçu des injonctions du député Anglebert. Ce dernier a mené des concertations avec le Procureur à maintes reprises. Auparavant, nous espérions que les deux hommes allaient être libérés, car quelques leur dossier est vide ». 
 
Au terme de l’audition, le magistrat instructeur a annoncé qu’ils vont chercher des élèves qui vont accuser Mvuyekure Abdallah et Kicwa. Selon plusieurs sources, les deux hommes sont victimes de leur appartenance politique. 
Le 13 Mai 2015, Mvuyekure Abdallah n’aurait pas caché sa joie après l’annonce d’un coup d’Etat, qui a finalement raté. Après cela, il a été limogé de son poste de chef de la colline Cankuzo. Ce limogeage sera accompagné d’autres harcèlements, comme une première arrestation  à Mishiha où il s’était rendu pour acheter des bœufs à abattre. 
 
Leur famille politique y voit un harcèlement et demande la libération immédiate et sans conditions de leurs militants.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.