Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La paranoïa du Cndd- Fdd, cause majeure de l’incursion de l’armée burundaise en RD Congo.

L’incursion secrète de l’armée burundaise en République Démocratique du Congo serait liée à la campagne du parti CNDD-FDD visant  à réprimer tous les groupes d’opposition avant de nouvelles élections. Conclusions de l’initiative des Droits Humains au Burundi, IDHB en sigle, dans son rapport de juillet cette année. Selon cette organisation, la paranoïa de Gitega pousse celui-ci à mettre en œuvre cette stratégie très couteuse.

La paranoïa persiste au sein du CNDD-FDD malgré le maintien du contrôle que ce parti au pouvoir prétend avoir sur le pays. Ce sentiment de peur est la raison pour laquelle l’armée burundaise aurait décidé son installation militaire en République Démocratique du Congo.

Pourtant, les chercheurs de l’IDHB indiquent que cette coûteuse opération a été entreprise au moment où son principal adversaire, Red- Tabara, ne semblait pas constituer une menace significative. Selon les sources de l’IDHB parmi les anciens officiers de l’armée burundaise, cette stratégie consisterait à réduire la capacité du  mouvement Red- Tabara de mener des incursions au Burundi ou de recruter des membres supplémentaires à l’intérieur du pays.

Pour les chercheurs de l’IDHB, les opérations militaires effectuées par l’armée burundaise chez son voisin le Congo sont plus étroitement liées à la vision du parti CNDD-FDD. L’IDHB explique que ce parti au pouvoir a mis au point une stratégie concertée visant la répression violente de l’opposition armée ou non armée.

Parallèlement à l’opération militaire en République Démocratique du Congo, les experts de l’IDHB constatent que certaines personnalités de l’aile dure du parti CNDD-FDD ont également lancé une campagne de mobilisation à grande échelle et de recrutement de la milice Imbonerakure à l’intérieur du pays. Ici l’IDHB pointe surtout du doigt le secrétaire général de ce parti, Révérien Ndikuriyo, ainsi que le secrétaire national de cette ligue, Sylvestre Ndayizeye.

De même, l’IDHB montre que la création de la Force de réserve et d’appui au développement (FRAD) serait une tentative d’éliminer les obstacles juridiques à l’armement et à l’entraînement militaire des Imbonerakure. Selon l’IDHB, la mise en place d’une armée parallèle viserait la préparation de cette milice pour son déploiement à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.

L’IDHB conclut que les inquiétudes au sein du gouvernement Ndayishimiye s’expliquent par un manque de confiance qui se traduit par sa stratégie d’affaiblir à tout prix les concurrents potentiels aux élections législatives de 2025 et l’élection présidentielle de 2027.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 397 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech