Le Ministre des finances veut renforcer le contrôle sur les propriétaires des cartes Sim

mars 29, 2016 0 1795
Rate this item
(0 votes)

Plus question d’avoir plus de 2 cartes SIM dans une même compagnie de téléphonie mobile. C’est le contenu de l’ordonnance ministérielle signée du Ministre des Finances datée du 17 mars 2016. Le directeur général de l’Agence de régulation et de contrôle de télécommunications nuance.

 

Dans cette ordonnance ministérielle du 17 mars 2016, le ministre des finances se veut ferme vis-à-vis des propriétaires de plusieurs cartes SIM d’une même compagnie téléphonique. Le premier article stipule ainsi : « il est strictement interdit à tous les opérateurs de téléphonie mobile agrées au Burundi de vendre ou d’offrir plus d’une carte Sim à un seul abonné sans l’approbation de l’ARCT… L’opérateur défaillant  s’expose à une pénalité de cinq millions par carte sim vendue ou offerte en violation de cette disposition ».

 

Le ministre des Finances n’en reste pas là. Tabu Abdallah Manirakiza met aussi en garde les propriétaires de cartes Sim qui ne sont pas enregistrées à leurs noms : «  Nul ne peut être enregistré par les opérateurs pour une carte Sim  dont il n’est pas le véritable utilisateur. En cas de procuration dans l’achat d’une carte sim, le mandataire doit, sur présentation des pièces justificatives, décliner l’identité de son mandat. Toute personne qui passe outre cette mesure est  passible d’une pénalité de cinq millions par carte sim…» poursuit l’ordonnance ministérielle libellée en 14 articles.

 

Le neuvième article est plus inquiétant pour les utilisateurs de l’Internet. L’Agence de Régulation et de Contrôle de Télécommunications est « bombée » de pouvoirs absolus et pourra ainsi avoir accès aux données personnelles et privées des utilisateurs : « l’ARCT ou son partenaire technique est autorisé à requérir auprès d’un fournisseur d’accès Internet, l’identité et les coordonnées d’un abonné sur identification de son adresse IP. Elle peut également installer des sondes de contrôle IP chez les fournisseurs d’accès Internet ».

 

Le ministre Tabu Abdallah Manirakiza donne deux mois à tous les opérateurs de téléphonie mobile pour se conformer à son ordonnance ministérielle en ce qui concerne les titulaires  de plus d’une carte Sim.

 

 

Le directeur général de l’ARCT nuance.

 

Pour Déo Rurimunzu, Directeur général de l’Agence de Régulation et de Contrôle de Télécommunications,  l’ordonnance ministérielle a été mal interprétée. «  On ne peut pas refuser à une personne d’avoir plusieurs cartes Sim. Mais nous demandons que son utilisateur se fasse identifier dans ces compagnies et faire savoir pour quelles raisons il a plus d’une carte sim ».

 

Cet ancien ministre des travaux publics explique les raisons de cette demande : «  nous avions remarqué qu’il y a des personne mal intentionnées qui ont plusieurs cartes Sim pour terrorisme, vol, et pour d’autres raisons non avouées ».

 

Le Burundi compte plus de 4 millions d’utilisateurs de téléphones portables et seuls 7% utilisent les services de connexion Internet mobile, selon une enquête effectuée par l’ARCT.

 

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.